Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 An-Nu`aymân Ibn `Amr Un Compagnon qui avait de l'Humour

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: An-Nu`aymân Ibn `Amr Un Compagnon qui avait de l'Humour   Dim 3 Fév - 14:21:44

Salam 1

En dépit du fait qu’il combattit lors des batailles de Badr, d’Uhud, de Khandaq et d’autres évènements majeurs, An-Nu`aymân demeura une personne gaie, douée d’un grand sens de la répartie et qui aimait jouer des tours aux autres.

Il appartenait au clan des Banu An-Najjâr de Médine et il était parmi les premiers musulmans de la ville. Il était un de ceux qui prêtèrent allégeance au Prophète — paix et bénédictions sur lui — lors du Second Serment d’Al-`Aqabah. Il établit des liens avec les Quraïshites quand il épousa la soeur de `Abd Ar-Rahmân Ibn `Awf puis plus tard Umm Kulthûm, la fille de `Uqbah Ibn Mu`ayt. Elle avait obtenu le divorce de son mari, Az-Zubayr Ibn Al-`Awwâm, à cause de sa dureté et de sa sévérité.

Malheureusement, An-Nu`aymân tomba sous l’emprise de l’alcool. Cette dépendance dura un certain temps. On le surprit en train de boire et le Prophète le fit flageller. Il fut pris une deuxième fois, alors il le fit flageller encore. Comme il ne renonça toujours pas à cette néfaste habitude, le Prophète ordonna qu’il soit battu avec des chaussures. En vain. Rien ne semblait le persuader d’arrêter de boire. Finalement le Prophète dit : " S’il recommence à boire, tuez-le ".
C’était une déclaration grave et `Umayr, un des compagnons du Prophète, en déduisit que si An-Nu`aymân retournait à l’alcool, cela signifiait qu’il déviait de la voie droite et méritait la mort. `Umayr exprima sa colère et son dégoût en disant : " La`nat Allah alayhi - que la malédiction de Dieu soit sur lui".
Le Prophète entendit l’imprécation d’Umayr et dit : " Non, non, ne dis pas ça. En effet, il aime Dieu et son Prophète. Un péché majeur comme celui-ci ne l’exclut pas de la communauté et la Miséricorde de Dieu est proche des Croyants".
Tout en restant ferme, le Prophète garda espoir en le repentir de An-Nu`aymân, particulièrement en regard de ses sacrifices passés en tant que vétéran de Badr. Puisqu’il n’était pas de ceux qui dissimulent leurs actions, il lui était plus facile de reconnaître ses crimes puis de se repentir et de chercher le Pardon de Dieu — Exalté Soit-Il —. Ce qu’il fit et il gagna les faveurs du Prophète et de ses Compagnons qui appréciaient ses plaisanteries et son rire communicatif.

Un jour, An-Nu`aymân alla au marché et vit de la nourriture qui semblait savoureuse et délicieuse. Il en commanda et l’envoya au Prophète — paix et bénédictions sur lui — comme cadeau de sa part. Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — en fut enchanté et lui et sa famille mangèrent à satiété. C’est alors que le marchand vint voir An-Nu`aymân pour récupérer son dû.Ce dernier lui dit : " Allez voir le Messager de Dieu, c’était pour lui. Lui et sa famille ont mangé cette nourriture". Le marchand alla chez le Prophète qui à son tour demanda à An-Nu`aymân : " N’es-tu pas celui qui m’a donné cette nourriture ?". "Si, dit An-Nu`aymân, j’ai pensé que cela te plairait et j’ai voulu que tu en manges alors je t’ai envoyé ceci. Mais je n’ai rien pour payer le marchand. Alors paye-le Ô messager de Dieu ! "
Le Prophète — paix et bénédictions sur lui — se mit à rigoler ainsi que ses Compagnons. Un rire à ses frais puisqu’il dut payer le prix d’un cadeau non sollicité ! An-Nu`aymân conclut qu’il ressortait deux choses positives de cet incident : le Prophète et sa famille ont mangé de la nourriture qu’ils ont appréciée et les musulmans ont bien ri.

Il advint qu’Abû Bakr et quelques compagnons partirent pour une expédition marchande à Busra. On attribua à diverses personnes de cette expédition des fonctions précises. Suwaybit Ibn Harmalah fut chargé de s’occuper de la nourriture et des provisions. An-Nu`aymân, qui faisait partie du groupe, eut soudain très faim en chemin. Il demanda à Suwaybit de la nourriture.
Suwaybit refusa et An-Nu`aymân lui dit : " Sais-tu seulement ce que je pourrais te faire ?". Il continua à l’avertir et à le menacer mais en vain. C’est alors que An-Nu`aymân alla voir un groupe d’Arabes qui se trouvaient au marché. Il leur demanda : " Aimeriez-vous que je vous vende un esclave fort et vigoureux ? ". Ils se montrèrent intéressés. An-Nu`aymân poursuivit : " Il a une langue bien pendue. Il vous résistera certainement et vous dira qu’il est libre. Mais ne l’écoutez pas ! ". Les hommes payèrent le prix de l’esclave - dix qala’is (pièces d’or) que An-Nu`aymân empocha. Il conclut ainsi cette transaction avec une grande efficacité. Les acheteurs l’accompagnèrent pour prendre possession de l’esclave. An-Nu`aymân se dirigea vers Suwaybit et leur dit : " Voici l’esclave que je vous ai vendu". Les hommes s’emparèrent de Suwaybit qui protesta : " Je suis libre ! Je suis Suwaybit Ibn Harmalah ".
Mais ils ne lui prêtèrent aucune attention et le traînèrent par le cou comme ils l’auraient fait avec n’importe quel esclave. Pendant toute cette scène, An-Nu`aymân ne rit pas et ne cligna pas même des paupières. Il resta complètement calme et sérieux tandis que Suwaybit continuait à protester amèrement. Les camarades de voyage de Suwaybit, réalisant ce qui se produisait, se précipitèrent pour chercher Abû Bakr, qui avait pris la tête de la caravane. Celui-ci accoura et vint aussi vite qu’il put. Il expliqua aux acheteurs de quoi il en retournait. Ainsi, ils acceptèrent de libérer Suwaybit et purent récupérer leur argent.
Abû Bakr rit de bon cœur tout comme Suwaybit et An-Nu`aymân. Quand ils furent de retour à Médine et que cette aventure fut racontée au Prophète et à ses compagnons, tous rirent encore davantage.

Un homme vint un jour voir le Prophète avec une délégation. Il attacha son chameau à la porte de la mosquée. Les Compagnons notèrent que ce chameau avait une grande bosse bien grasse et il leur vint soudain l’envie de manger une viande bien goûteuse et succulente. Ils se tournèrent vers An-Nuayman et lui demandèrent : " Pourrais-tu t’occuper de ce chameau ? "
An-Nu`aymân comprit ce que cela signifiait. Il se leva et abattit le chameau. Le bédouin sortit et réalisa ce qui s’était passé quand il vit des personnes griller, partager et manger de la viande. Dans sa détresse, il cria : " Waa ’aqraah ! Waa Naqataah ! (O mon chameau !) ".
Le prophète entendit les cris et sortit. Il apprit de la bouche des Compagnons ce qui s’était produit et se mit à la recherche de An-Nu`aymân mais ne le trouva pas. Craignant d’être blâmé et puni, An-Nu`aymân s’était sauvé. Le Prophète suivit ses empreintes de pas qui le conduisirent à un jardin appartenant à Danbaah, la fille d’Az-Zubayr, une cousine du Prophète. Il demanda aux Compagnons où se trouvait An-Nu`aymân. Tout en montrant du doigt un fossé voisin, ils répondirent fort pour ne pas alerter An-Nu`aymân : " Nous ne l’avons pas trouvé, Ô Messager de Dieu". An-Nu`aymân fut trouvé dans le fossé couvert de branchages et de feuilles de palmier et en sortit avec de la terre sur sa tête, sa barbe et son visage.
Il se tint en présence du Prophète qui le prit par la tête et épousseta la saleté de son visage tandis qu’il riait sous cape. Les Compagnons partagèrent cette bonne humeur. Le Prophète versa le prix du chameau à son propriétaire puis ils se régalèrent tous ensemble.

Le Prophète considérait évidemment les farces d’An-Nu`aymân pour ce qu’elles étaient : de joyeuses boutades censées apporter du réconfort et provoquer les rires. L’Islam n’exige pas des gens qu’ils rejètent le rire et la légèreté pour demeurer perpétuellement graves et sombres. Un sens de l’humour approprié est souvent une source de grâce.
An-Nu`aymân survécut au Prophète et continua à jouir de l’affection des musulmans. Mais a-t-il mis un terme à ses facéties ?

Pendant le califat de `Uthmân, que Dieu l’agrée, un groupe de Compagnons se reposaient à l’intérieur de la mosquée. Ils virent Makhramah Ibn Nawfal, un vieil homme qui avait environ cent quinze ans et évidemment plutôt sénile. Il avait des liens de parenté avec la soeur de `Abd Ar-Rahmân Ibn `Awf, qui était une femme de An-Nu`aymân. Makhramah était aveugle. Il était si faible qu’il pouvait à peine se déplacer de sa place dans la mosquée. Il se leva pour uriner et eut très bien pu l’avoir fait dans l’enceinte de la mosquée.
Mais les Compagnons le disputèrent pour l’en empêcher. An-Nu`aymân se leva et alla le porter à un autre endroit, comme il le lui fut demandé. Quel est cet autre endroit où An-Nu`aymân l’a porté ? En fait il se contenta de le déplacer très près de l’endroit où le vieil homme se trouvait auparavant et l’assit là, toujours dans la mosquée ! Makhramah se fit alors réprimander et on le fit lever à nouveau. Le pauvre vieil homme en fut affligé et dit : "Qui a fait ceci ? ". " An-Nu`aymân Ibn Amr, " lui a-t-on répondu. Le vieil homme jura qu’il frapperait An-Nu`aymân sur la tête avec son bâton s’il le rencontrait.
An-Nu`aymân s’en alla puis revint. Il devait certainement préparer une de ses farces. Il vit `Uthmân Ibn Affân, le commandeur des croyants, faisant sa prière dans la mosquée. Rien ne pouvait distraire `Uthmân de sa prière. An-Nu`aymân vit également Makhramah. Il alla vers lui, changea sa voix et lui dit : " Voulez-vous que je vous mène à An-Nu`aymân ?". Le vieil homme se rappela ce que An-Nu`aymân lui avait fait. Il se souvint de la promesse qu’il avait faite de le châtier et s’écria : " Oui ! Où est il ? ". An-Nu`aymân le prit par la main et le mena à l’endroit où le Calife `Uthmân se tenait et lui indiqua : " Il est ici ! " Le vieil homme leva son bâton et frappa la tête de `Uthmân jusqu’à le faire saigner. Les gens s’écrièrent : " C’est Amir Al-Muminin ! (le Commandeur des Croyants) ". Makhramah fut entraîné loin tandis que d’autres voulurent s’occuper de An-Nu`aymân mais `Uthmân les retint et leur demanda de le laisser en paix. Malgré les coups qu’il reçut, `Uthmân rit de ce qu’avait fait An-Nu`aymân.

An-Nu`aymân vécut jusqu’ à la période du califat de Mu`awiyah. C’est alors que la fitnah et la discorde emplirent son cœur d’angoisse et de tristesse. Il perdit sa gaieté légendaire et on ne l’entendit plus jamais rire.


Traduit de l’anglais de Companions of The Prophet, volume 1, de Abdul Wâhid Hâmid.

Source: http://www.islamie.com/r2.php?url=http://www.witness-pioneer.org/vil/Articles/companion/an_nuayman_ibn_amr.htm
Revenir en haut Aller en bas
 
An-Nu`aymân Ibn `Amr Un Compagnon qui avait de l'Humour
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le Maréchal Lannes Compagnon de l'Empereur.....
» Pour un jeune compagnon de travail
» AYMÉ (Charles) Baron de l'Empire - Général de division.
» La perte de mon compagnon
» [Info] Le cristal compagnon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Etudes, Apprentissages et Sciences Islamiques :: Fatwas/Sciences-
Sauter vers: