Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 'Abd Al-Qâdir Jilâni

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blade
Fajrine Averti
Fajrine Averti


Nombre de messages : 44
Localisation : Paris
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: 'Abd Al-Qâdir Jilâni   Lun 26 Déc - 10:53:08

Salaam,

Son nom et sa généalogie

Abou Muhammad 'Abd Al-Qâdir Ibn Abî Sâlih Moûsâ Jankî Dôst Ibn Abî 'Abd Allâh Ibn Yahyâ Az-Zâhid Ibn Muhammad Ibn Dâwoûd Ibn Moûsâ Ibn 'Abd Allâh Ibn Moûsâ Al-Joûn Ibn 'Abd Allâh Al-Mahd Al-Mujall Ibn Al-Hasan Al-Muthannâ Ibn Al-Hasan Ibn 'Alî Ibn Abî Tâlib

Sa mère

Oum Al-Khayr Fâtimâh Bint Abî 'Abd Allâh As-Sawma'î.

Sa mère fut, selon l'expression même d'Ibn Al-Wardî, "dotée d'états spirituels et de prodiges".

Son grand-père

Abî 'Abd Allâh As-Sawma'î, il est originaire de "Jîl", encore appelé "Kîl" ou "Kilân" ou "Jilân" dont il était l'un des plus nobles savants.

Sa naissance (472 H)

Il naquit dans la cité de Jîlân, dans la province nord-est de la Perse, en l'an 472 H (1077).

Son voyage pour Baghdad (490 H ; 18 ans)

A l'âge de dix-huit ans, il partit pour Baghdad à la poursuite de la connaissance et de la guidance divines.

Son apprentissage

Ses premiers maîtres en Loi divine furent le Sheikh Abou Al-Wafâ Ibn 'Aqîl, le Sheikh Muhammad Ibn Al-Hasan Al-Baqlânî et Abou Zakariyâ At-Tabrîzî. A l'ombre de ces trois grands, il apprit la science de l'exégèse du Coran, la science du Hadîth, la science de la vie du Prophète (sîrah), la théologie, la jurisprudence (fiqh), la grammaire, la récitation du Coran et la philologie.

Il étudia l'école de jurisprudence hanbalite, mais il donnait aussi des verdicts religieux (fatwâ) selon l'école chaféite. Il connaissait le Coran par coeur, et le récitait dans les sept lectionnaires.

Après avoir acquis la maîtrise de treize disciplines relatives aux sciences religieuses et des sciences connexes, il se tourna alors vers la voie spirituelle sous la guidance du Sheikh Hammâd Ibn Muslim Ad-Dabbâs. Il reçut l'initiation dans la voie des chercheurs du Sheikh Al-Mubârak Sa'îd Ibn Al-Hasan. Le Sheikh Al-Mubârak Sa'îd fut le Sheikh de la plupart des plus grands chercheurs et maîtres de son temps à Baghdâd.

Sheikh 'Abd Al-Qâdir Al-Jîlânî reçut l'ijazah (autorisation et certificat d'un savant reconnu) et la direction de la tarîqah à l'âge de cinquante ans, de son Sheikh, Sheikh Al-Mubârak Sa'îd.

Son enseignement

Il raconte : "Au commencement, seules quelques personnes fréquentaient mon groupe. Quand de plus en plus de gens eurent entendu parler de moi, l'école devint surpeuplée. Je pris alors l'habitude de m'installer dans la mosquée de Bâb Al-Hilbah, qui finit par être trop petite pour accueillir le grand nombre de gens qui venaient m'écouter. Ils venaient même au milieu de la nuit, portant des lampes et des bougies pour voir. Finalement, le lieu ne put contenir les foules, et on transporta la chaire d'où j'enseignais sur une voie de circulation, puis dans les faubourgs de la ville, dans un endroit qui devint le nouveau lieu de rassemblement. Les gens y venaient à pied, à cheval, à dos de mule, d'âne ou de chameau. On put voir jusqu'à soixante-dix mille auditeurs assistant à ces rassemblements".

Selon Ibn Kathîr : "Il se tenait debout dans les mosquées et réprimandait publiquement les gouverneurs qui commettaient le mal. Il le faisait en présence de tous, qui pouvaient ainsi en témoigner, dans des interventions publiques. Il évitait toutes les formes de conciliabule politique, et ne craignait personne quand il parlait, sinon Allâh le Tout Puissant. Aucun reproche ne l'affectait".

Abou Al-Hasan 'Alî An-Nadwî Al-Hasanî dit à ce sujet : "Près de soixante-dix mille personnes assistaient à son assemblée. Plus de cinq milles juifs et chrétiens sont rentrés en islam par ses efforts".

Abou Al-Hasan An-Nadwî écrivit : "Sheikh 'Abd Al-Qâdir Al-Jîlânî ouvrit grande la porte de l'allégéance et du repentir. Des musulmans des quatre coins du globe y entrèrent pour renouveler leur pacte avec Allâh, en s'engageant à ne pas tomber dans le polythéisme ni la mécréance, ni la corruption, ni l'innovation, ni l'injustice et à ne pas rendre licite ce que Allâh interdit, ni délaisser ce qu'Il prescrivit. Ils s'engageaient à ne pas se dépenser dans la recherche de l'ici-bas et à ne pas oublier l'au-delà. Entrèrent par cette porte que Allâh eut ouverte par la main de Sheikh 'Abd Al-Qâdir Al-Jilânî des gens dont Allâh Seul connaît l'effectif tant ils étaient nombreux : leurs états étaient droits et leur islam fut bon. Le Sheikh persévéra dans leur éducation et l'évaluation de leurs actes, il supervisa leur état et leur progression si bien que ces disciples spirituels sentirent la responsabilité qui leur incombait après le pacte, le repentir et le renouvellement de la foi".

Ses livres

Al-Ghunya li Tâlibi Tarîq Al-Haqq (Provisions suffisantes pour ceux qui cherchent la voie du Vrai) : il s'agit d'une des présentations les plus concises qu'on ait jamais écrites de l'école juridique de l'imâm Ibn Hanbal, comprenant les enseignements solides de Ahl As-Sunna sur la 'Aqida et le tasawwuf (soufisme).

Al-Fath Ar-Rabbânî wal-Fayd Ar-Rahmânî (L'Ouverture Seigneuriale et la Manne du Miséricordieux) : recueil de sermons destinés aux élèves et aux maîtres de la voie soufie et à tous ceux qu'attire la perfection.

Futuh Al-Ghayb (Ouvertures sur l'invisible) : autre recueil de sermons plus avancés que les précédents.

Sirr Al-Asrâr (Secret des secrets) : court traité de pratique soufie.

Ses prodiges [Karamât]

Adh-Dhahabi dit : "Le Sheikh 'Abd Al-Qâdir (Al-Jîlânî), le Sheikh, l'imâm, le savant, le zâhid (ascète), le connaissant, le modèle, le Sheikh de l'islâm, l'emblème des awliyâ (saints), le hanbalite, le Sheikh de Bagdad. Je dis qu'il n'en est aucun parmi les grands Sheikhs qui ait plus d'états spirituels et de prodiges (karâmat) que le Sheikh 'Abd Al-Qâdir, mais beaucoup de ces miracles ne sont pas véridiques et beaucoup de ces choses sont impossibles". (Siyar A'lâm An-Nubalâ)

Les éloges à son sujet

Ibn Taymiya a dit : "Quant aux gens de la droiture parmi les Sâlikînes (itinérants qui cheminent vers Allâh), comme la plupart des gens du Salaf, Al-Fudayl Ibn 'Iyâd, Ibrâhîm Ibn Adham, Abou Sulaymân Ad-Dârânî, Ma'roûf Al-Karkhî, As-Sarrî As-Saqtî, Al-Junayd Ibn Muhammad [Al-Baghdâdî], et d'autres parmi les prédécesseurs, ou encore des contemporains comme Sheikh 'Abd Al-Qâdir [Al-Jilânî], Sheikh Hammâd [Ad-Dabbâs], Sheikh Abou Al-Bayân, et d'autres, ils refusent que le sâlik (itinérant) fasse une entorse aux commandements et aux interdits, même s'il volait en l'air ou marchait sur l'eau. Au contraire, [ils exigent] qu'il applique les ordres divins et s'écarte des interdits jusqu'à sa mort. Et ceci est la vérité enseignée par le Coran et la Sounna, et le consensus du Salaf. Et cela revient souvent dans leurs paroles".

Ibn Taymiya dit : "Sheikh 'Abd Al-Qâdir Al-Jilânî, que Allâh lui fasse miséricorde, ainsi que ses semblables, sont parmi les plus illustres sheikhs de leur époque, ordonnant le strict respect du shar' (législation islamique), des Ordres [Divins] et des interdits, en leur donnant la préémience sur le goût (dhawq) et la fatalité. Il est du nombre des plus illustres sheikhs qui enjoignaient à abandonner la passion, la volonté propre. [...] Il ordonne au sâlik (cheminant dans la voie d'Allâh) de ne pas avoir de volonté propre à la base, pour vouloir ce que Allâh Exalté Soit-Il veut".

Sa mort (89 ans)

En 1166 AJC

Salaam.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
'Abd Al-Qâdir Jilâni
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Cheikh 'AbdelKader Jilâni

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Histoire de l'Islam :: Biographies Hommes :: Sahabas (qu'Allah les agrée)-
Sauter vers: