Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Questions sur les grossesses, fausse couche

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Questions sur les grossesses, fausse couche   Ven 26 Déc - 13:00:26

Salam 1

Quel est le jugement si la femme a une fausse couche?

Question: Certaines femmes ont des problèmes de fausses couches pendant les grossesses, certaines quand le foetus est totalement formé et certaines quand il n’est pas encore formé. Je demande une clarification en ce qui concerne la prière dans les deux cas.

Réponse: Si une femme a une fausse couche de ce qui apparaît, par la présence de la tête, des mains, des pieds, etc, comme étant un humain formé, alors elle est considérée en état post natal, et la règle qui s’applique à elle est celle des lochies. Elle ne prie pas, ne jeûne pas, et il n’est pas permis à son mari d’avoir des rapports sexuels avec elle, jusqu’à ce qu’elle devienne pure, ou après les 40 jours. Si elle devient pure en moins de 40 jours, elle doit faire le Ghusl, prier et jeûner Ramadhan, et il devient permis à son mari d’avoir des rapports avec elle.

Il n’y a pas de nombre de jours minimum pour le saignement post natal, donc si 10 jours ou plus ou moins ont passé depuis la naissance, elle doit faire le Ghusl et agir de la manière des femmes purifiées, comme nous l’avons dit. Si elle voit du sang après 40 jours, alors c’est du sang de maladie et elle doit jeûner et prier avec, et il est permis à son mari d’avoir des rapports sexuels avec elle. Elle doit faire le Wudhu' pour chaque prière, comme une femme ayant des saignements vaginaux incessants, d’après le Hadith du Prophète (Salallahou ‘aleyhi wa salam) qui a dit à Fatimah bint Abi Hubaish, qu’Allah soit satisfait d’elle, quand elle souffrait de saignements vaginaux continuels: “... alors fait le Wudu' pour chaque prière ” (Imam Shawkani dit: cela signifie que 'fais le Wudhu' pour chaque prière,' ne veut pas dire 'fais le Wudhu' pour l’heure de chaque prière.'" (Nailul-Autar vol.1, p. 275). Cette description de l’Imam Shawkani est correcte. Voire Sunan Abi Dawud, Le Livre de la Purification, Chapitre 'Ce que l’on dit à propos du bain quand elle est sûre d’être redevenue pure après ses menstrues.' Hadith No. 275).

Et quand le sang des périodes menstruelles suit après 40 jours, elle tombe sous le jugement de la menstruation, et elle n’est autorisée a à prier ou à jeûner jusqu’à ce qu’elle devienne pure, et elle ne doit pas avoir de rapports sexuels avec son mari.

Cependant, s’il n’est pas clair que le fœtus expulsé de la femme est de forme humaine, n’étant qu’un morceau de chair, sans forme, ou que du sang, elle tombe dans ce cas sous le jugement de la femme qui a des saignements vaginaux, et non pas de saignement post natal, ni de menstruation. Elle doit prier et jeûner Ramadhan et il est permis à son mari d’avoir des rapports sexuels avec elle. Mais elle doit faire le Wudhu' pour chaque prière, en se protégeant du sang avec un coton ou quelque chose de similaire, comme celle qui souffre de saignement vaginaux continuels, jusqu’à ce qu’elle devienne pure. Et il lui est permis de réunir les prières de Zuhr et de 'Asr et de Maghrib et de 'Isha', et il lui est licite de faire le Ghusl pour les prières combinées et pour le Fajr, d’après le Hadith authentique de Hamnah bint Jahsh, qu’Allah soit satisfait d’elle, à ce sujet, car elle tombe sous le jugement des saignements vaginaux continuels, d’après les savants. Et Allah accorde le Succès.

Ibn Baz

Il n’y a pas de période minimum définie pour les saignements post natals

Question: Est-il permis à la femme qui a des saignements post natals de prier et de jeûner si elle devient propre avant 40 jours?

Réponse: Si une femme qui a des saignements post natals devient propre avant 40 jours, c’est une obligation pour elle de faire le Ghusl, de prier et de jeûner Ramadhan, et il devient permis à son mari d’avoir des rapports sexuels avec elle, d’après le consensus des savants. Il n’y a pas de période minimale définie pour le saignement post natal. Et c’est Allah qui accorde le succès.

Ibn Baz

Quand une femme fait une fausse couche au troisième mois

Question: Je suis une femme qui a subi une fausse couche il y a un an, au troisième mois de la grossesse, et je n’ai pas prié jusqu’à ce que je devienne propre, mais on m’a dit que j’aurais du prier. Que devrais-je faire, parce que je ne connais pas le nombre exact de jours?

Réponse: Il est bien connu des savants que quand une femme fait une fausse couche après trois mois, elle ne prie pas, parce que quand elle fait une fausse couche d’un fœtus qui a clairement une forme humaine, le sang qui s’écoule est un saignement post natal et elle ne pas prier pendant ce temps. Les savants disent que l’on peut distinguer la forme du foetus si 81 jours ont passé – et c’est moins que trois mois. Donc si elle est certaine que le fœtus a été expulsé après trois mois, alors le sang était du sang de menstruation. Mais si c’était avant 80 jours, alors le sang qui s’écoule est celui d’une maladie et elle ne doit pas cesser de prier à cause de cela. Alors ce questionneur doit essayer de se rappeler si le fœtus a été expulsé avant 80 jours, elle doit rattraper ses prières, et si elle ne sait pas combien de prières elle a manqué, elle doit rechercher, estimer et rattraper le nombre de prières qu’elle a manqué d’après ce dont elle se souvient le mieux.

Ibn 'Uthaimin

Si une femme en état de lochies devient propre avant l’expiration des quarante jours, peut-elle jeûner, prier et faire le Hajj?

Question: Est-il permis à la femme qui a ses lochies de jeûner, de prier et de faire le Hajj avant l’expiration des quarante jours, si elle est propre (c'est-à-dire que le saignement a cessé)?

Réponse: Oui, il lui est permis de jeûner, de prier et de faire le Hajj et la 'Umrah, et il est permis à son mari d’avoir des rapports sexuels avec elle pendant les quarante jours, si elle devient propre. Si elle est devenue propre après 20 jours (par exemple), elle doit faire le Ghusl, prier et jeûner, et elle devient permise à son mari. Quant à la narration de 'Uthman bin Abi Al-'As, qui déclare qu’il désapprouve cela, c’est considéré comme étant détesté (mais interdit), et c’est son Ijtihad (Ijtihad: raisonnement juridique) – qu’Allah lui fasse miséricorde et soit satisfait de lui- et il n’y a pas de preuve de cela. L’opinion correcte est qu’il n’y a pas de mal à cela, si elle devient pure avant les quarante jours, parce que sa pureté est correcte, et si elle saigne à nouveau pendant les quarante jours, l’avis correct est qu’elle est considérée comme encore affectée par ses lochies pendant 40 jours, mais ses jeûnes et ses prières pendant la période où elle était pure sont tous corrects et elle n’a pas à les recommencer, tant qu’elle était pure à ce moment.

Ibn Baz

Le jugement à porter à l’écoulement de sang qui précède l’accouchement.

Question : Voici une femme qui constate un écoulement de sang pendant sa grossesse et à 5 jours de son accouchement au cours du mois de Ramadan. Est-ce que ce sang relève des menstrues ou est lié à l’accouchement ? Que doit-elle faire ?Réponse :

Réponse

Louange à Allah

Si elle constate un écoulement de sang à 5 jours de l’accouchement et ne voit aucun signe habituel indiquant l’imminence du travail, elle doit savoir que ce sang n’est ni celui des menstrues ni celui lié à des couches, mais c’est un sang avarié. Cela étant, elle ne doit pas abandonner la pratique rituelle notamment la prière et le jeûne.

Si l’apparition du sang s’accompagne d’un signe de l’imminence du travail, le sang est lié à l’accouchement et justifie l’abandon de la prière et du jeûne. Elle rattrapera le jeûne sans la prière après l’accouchement, une fois sa propreté recouverte.

Avis de la Commission Permanente.

La durée extrême des écoulements de sang consécutifs à l’accouchement est de 40 jours

Question :

Quelle est la plus longue durée des couches ?

Réponse :

Louange à Allah

Cela fait l’objet d’une divergence de vues au sein des ulémas :

1/ La plupart des ulémas disent que le sang des couches cesse après 40 jours. S’il ne cesse pas, il est alors assimilable au sang des règles, à moins que cela soit habituel chez une femme. Ceci est conforme à la doctrine d’Abou Hanifa et à celle d’Ahmad selon la plus célèbre version relative à ce sujet. At-Tirmidhi rapporte cet avis dans son Djami d’après Soufyan, Ibn al-Moubarak, Ishaq et la majorité des ulémas.

2/ Malick, Chafii et Ahmad (selon une version) soutiennent que ladite durée est de 60 jours.

3/ Hasan al-Basri a dit : elle attend de 40 à 50 jours. Si le saignement ne cesse pas, il est alors assimilé à celui des règles.

4/ D’autres avis ont été émis ; ils résultent d’efforts d’interprétation qui ne s’attestent dans aucun argument valable. Seul le premier avis fait exception dans la mesure où il a été rapporté de façon sûre qu’Ibn Abbas (P.A.a) a dit : « Celle qui vient d’accoucher attend près de 40 jours » (rapporté par Ibn al-Djaroud dans al-Mountaga).

Ahmad, Abou Dawoud, at-Tirmidhi et Ibn Madja ont rapporté par la voie de Massata, l’azdite, qu’Um Salamata a dit : « La femme qui accouche attendait 40 jours à l’époque du Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui) et nous mettions du mémécycle tinctorial au visage pour en enlever des tâches.

Cette chaîne de transmetteurs fait l’objet d’une divergence de vues. Ibn al-Qattan l’a jugé faible dans Bayan al-Wahm wal-Iham. L’imam Ibn Hazm est du même avis tandis qu’al-Hakim l’a jugé authentique et an-Nawawi et d’autres l’ont jugé « beau ».

Dans al-istidhkar, Ibn Abd al-Bar dit : rien des avis émis à propos de la durée extrême de l’écoulement du sang des couches ne mérite d’être adopté et suivi à l’exception de l’avis qui la fixe à 40 jours. Car c’est celui des compagnons du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) que personne n’a contredit. Les autres avis nous viennent d’autres puisque leur consensus s’impose à celui qui est venu après eux. De plus, l’âme retrouve l’apaisement chez eux. Où va t-on se réfugier en dehors de chez eux en l’absence d’une sunna et d’un principe.

Cet avis est juste pour ces considérations :

La première est que c’est l’avis non contredit des Compagnons.

La deuxième est que dans cette question il est nécessaire de fixer les jours d’attente de la femme qui vient d’accoucher. Or il n’est pas possible de délaisser l’avis des Compagnons au profit d’un autre.

La troisième est que c’est aussi l’avis des gynécologues. Leur avis est en concordance avec celui d’Ibn Abbas et la majorité des ulémas.

Quant à la durée minimum de l’écoulement du sang des couches, elle n’a pas de limite selon l’avis de la majorité des ulémas. Si l’accouchée constate que le sang a cessé de s’écouler et qu’elle est devenue propre, elle doit prendre un bain rituel et se mettre à prier.

L’imam Abou Issa at-Tirmidhi (puisse Allah lui accorder Sa miséricorde) a rapporté dans son Djami que l’avis adopté à l’unanimité par les Compagnons du Prophète (bénédiction et salut soient sur lui), par leurs successeurs immédiats et par ceux venus après eux est que l’accouchée est autorisée à abandonner la prière pendant 40 jours, à moins qu’elle se sache propre avant ce délai. Dans ce cas, elle prend un bain rituel et se remet à prier.

Extrait de l’épître intitulé : 60 questions relatives au cycle menstruel.

_________________
xx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
Questions sur les grossesses, fausse couche
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fausse couche et priére
» [Dico rêves] Fausse-couche
» Que deviennent les esprits rattachés à un enfant in-utéro, quand il y a fausse couche?
» sang en cas de fausse couche, s'agit-il de celui qui s'applique aux lochies ou celui qui s'applique aux menstrues?
» hormones

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Activité Contemporaine :: Famille & Société-
Sauter vers: