Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Erreur de IbnBaz

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Erreur de IbnBaz   Ven 22 Oct - 14:02:21

Salam 1

Les fatâwâ noires d’Ibn Bâz

Au nom d’Allah, Le très miséricordieux, Celui qui fait miséricorde.

Ibn Jawzî, qu’Allah lui fasse miséricorde dit :« Sache, que la globalité des partisans de madhhab vénèrent une personne dans leurs cœur aupoint qu’ils le suivent sans même examiner ce qu’il dit. Ceci est l’égarement par excellence,car ce qu’il faut regarder c’est la parole, non pas celui qui la prononce. C’est ce que dit ‘Alîibn Abî Tâlib qu’Allah l’agrée, à Hârith ibn Hawt qui venait de lui dire « Tu penses que jecrois que Talha et Zoubeyr étaient dans l’erreur ? » ‘Alî lui répondit « Hârith ! Tu es induiten erreur…On ne connais pas la vérité grâce au gens ! Connais la vérité, et dès lors tuconnaîtras ceux qui la suivent… »1Soufyân Ibn ‘Ouyaynah qu’Allah lui fasse miséricorde dit« Ceux de nos savants qui corrompent ont une ressemblance aux juifs, et ceux de nosadorateurs qui corrompent ont une ressemblance aux chrétiens. »Cheykh ‘Abdel‘Azîz Ibn Bâz est sans conteste l’une des personne qui propagea leplus de science dans ce siècle, et il ne fait aucun doute que beaucoup de bien émanade lui, des gens se sont guidé en lisant ses ouvrages concernant la croyance et ledogme, et se sont amélioré dans leurs pratiques grâce à ses ouvrages bénéfiques enjurisprudence, et les musulmans ont profité de sa générosité et de sa douceur, etnombreux sont les savants et les prêcheurs qui ont profité de son enseignement.Donc, nous ne voulons pas dans ce texte, faire fuir les musulmans des ouvrages decheykh Ibn Bâz, mais nous voulons rappeler à certaines personne la parole de l’imamMâlik : « La parole de quiconque peut être soit acceptée soit réfutée, à par la parole de celuiqui se trouve dans cette tombe (le prophète Mouhammad salla llahou ‘alayhi wasallam) »Or, il y a certaines fatwâ du cheykh Ibn Bâz, qui contiennent un grand mal et oncausé, et causent toujours de grands dégât, des fatwâ pour lesquels des musulmansse font injustement emprisonner, bannir de l’orthodoxie se voyant accusé d’hérésie,boycotter, insulter… Aussi, certaines de ses fatwâ contradictoire avec d’autre de sesfatwâ ont causé la divergence et la division entre certains gens de la sounnah,ouvrant la porte aux gens de l’égarement et du mal, qui n’ont pas manqué l’occasionpour injecter leur hérésie et le doute parmi les musulmans.1 Talbîs Iblîs
--------------------------------------------------------------------------------
Page 2
2Le moins qu’on puisse faire, c’est d’en avertir les gens, afin qu’ils puissent ajusterleur balance fasse aux paroles de cet homme qui est devenu une véritable référencepour les musulmans aujourd’hui. Ces erreurs ne sont pas des erreurs dues à l’effortde compréhension (ijtihâd), dans lesquels l’erreur est acceptée. Nous vous laissonsmaintenant avec ces fatwâ, et nous espérons qu’en mettant la communauté en gardecontre ces fatwâ et ces contradictions, cela les amènera à prendre conscience de laréalité des choses, de la fiabilité de ces savants, dont les fatwas mènent parfois àl’enfer.Cheykh Ibn Bâz……Et les combattants musulmans…IIbbnn AAll QQaayyyyiimm aa ddiitt«« LLaa ppiirree ddeess ccaattaassttrroopphhee eesstt dd’’aabboolliirr llee lliivvrree dd’’AAllllaahh eett llaa ssoouunnnnaahh ddee ssoonn mmeessssaaggeerr ppoouurriinnnnoovveerr ccee qquuii lleess ccoonnttrreeddiisseenntt,, aaiinnssii qquuee ddee ddééffeennddrree ll’’aabboolliittiioonn ddee cceellaa,, ddee ll’’eennccoouurraaggeerr eett ddeemmoonnttrreerr ddee ll’’hhoossttiilliittéé àà cceelluuii qquuii aappppeell aauu lliivvrree dd’’AAllllaahh eett àà llaa ssoouunnnnaahh ddee SSoonn mmeessssaaggeerr,, ssaallllaallllaahhoouu ‘‘aallaayyhhii wwaa ssaallllaamm.. »»222Ibn Bâz, lorsque 4 monothéistes musulmans se dévouèrent pour tuer des soldatschrétiens et des indous qui polluaient la terre sainte de la péninsule arabique par leurprésence, émit la fatwâ suivante :« Il ne fait aucun doute que cet acte est un péché et un mal énorme. Il en résulte une grandecorruption et beaucoup de mauvaises choses, et une grande injustice. Et il ne fait aucundoute que ce genre d’acte n’est commis que par quelqu’un qui ne croit pas en Allah etau jour dernier. On ne peut trouver quelqu’un qui a une foi valide en Allah et au jourdernier qui puisse faire une chose aussi criminelle et aussi odieuse que ce qui s’est produitcomme grand mal et terrible corruption. Mais celui qui a fait cela, et les gens de songenre, sont des âmes répugnantes remplies de jalousie, de haine, de mal et decorruption, et vides de foi en Allah et Son messager. Nous demandons à Allah la pitié etla sécurité. Et nous demandons à Allah d’aider notre gouvernement contre eux, et de les aiderà se venger d’eux car leur corruption est énorme tout comme leur crime. Et j’enjoins toutepersonne qui aurait quoi que ce soit comme renseignement sur ces gens là d’en informer lesautorités. Il ne fait aucun doute que cela fait partie des plus grands crimes et des plus grandescorruptions sur la terre, et celui qui le commet mérite vraiment la peine de mort pouravoir fait un tel crime. » Fin de citation.3Remarques :2 I‘lâm Al Moûqi‘în3 Majmoû‘ Al Fatâwâ, volume 9 page 253
--------------------------------------------------------------------------------
Page 3
3- Ibn Bâz a déclaré ces combattants mécréant, car il les décrivit comme étant«des âmes répugnantes remplies de jalousie, de haine, de mal et de corruption, etvides de foi en Allah et Son messager », or nul n’est vide de foi en Allah et Sonmessager, excepté le mécréant. Et ce verdict fut rendu sur ces combattantspour le seul fait d’avoir commis un attenta dans lequel ne sont mort que desmécréants (soldats chrétiens et indous.)-Où donc est la prudence dans le takfîr à laquelle Ibn Bâz fit tant allusion dansde nombreuses autres fatwâ? N’est elle valable que pour les gouverneurs ? Etqui sont les « takfîrîs » qui rendent les musulmans mécréants sans que ceux-cine fassent de mécréance majeure ? Est-ce les « terroristes » ou Ibn Bâz ? Y a-t-illa moindre preuve tirée du Coran, de la sounnah ou de l’unanimité que le faitede tuer des mécréants, soldats ou non, soit une mécréance sortant de la foi ?- Ibn Bâz décrit le meurtre de ces soldats idolâtres comme étant « un grand crimeet une terrible corruption. » Qu’en est il alors de ce que font ces même soldatsidolâtres contre les musulmans en Afghanistan, en Irak, au Soudan etc…violant nos sœurs et nos enfants, torturant nos frères et bombardant leurmaison, détruisant leurs hôpitaux? Que pense t’il de ces avions qui décollentde la terre de son gouvernement pour aller bombarder l’Irak et l’Afghanistan ?- A cause de cette fatwâ d’Ibn Bâz, ces 4 musulmans furent mis a mort par legouvernement saoudien, alors que le messager d’Allah, salla llahou ‘alayhi wasallam, a dit « On ne tue pas un musulman pour un mécréant » (rapporté par AlBoukhârî.)- Ibn Hazm qu’Allah lui fasse miséricorde a dit « Il n’y a pas de pire pécher après lamécréance que d’interdire de combattre les mécréants »
--------------------------------------------------------------------------------
Page 4
4Cheykh Ibn Bâz……Et la révolte contre les tawâghît.Ibn Jawzî, qu’Allah lui fasse miséricorde, dit« Et cette façon d’agir peut même être une cause d’égarement pour les gens, et nuire aux gensde la masse : De croire que ce que fait le dirigeant est correct, ou de le suivre dans cette erreuren se taisant sur des choses qu’ il est permis de blâmer a haute voix. »4- Ibn Bâz considère que le faite de dénoncer l’égarement et l’apostasie destawâghît est interdit : « Il ne fait pas partie de la voie des ancêtres de dévoiler augrand publique le mal des dirigeants, et de mentionner cela sur le Minbar. »5- Et il dit au sujet de ceux qui ne voient pas d’autre solution pour venir à boutde cette corruption que la force et la révolte contre ces dirigeants: « Cetméthode n’est pas acceptée par la loi islamique, car elle s’oppose aux textes ordonnantd’écouter et d’obéir aux gouvernements dans le bien. »6- Et il dit également « Il est obligatoire d’obéir et d’écouter le gouverneur dans le bien,ainsi qu’aux savants. Et il n’est pas permis de se révolter contre le gouvernement àmoins que ceux qui se révoltent aient repérer une mécréance claire prouvée par Allah,et qu’ils soient capable de se révolter contre lui, que cela soit bénéfique auxmusulmans, et qu’ils puissent faire cesser l’injustice et établir un état pieux. Mais s’ilsn’en sont pas capables, alors ils n’ont pas le droit de se révolter, même s’ils voyaientune mécréance claire. »7- Et il fut interrogé au sujet du comportement à avoir avec un gouverneurapostat ? Il répondit : « Nous lui obéissons dans le bien et non dans le péché, jusqu’àce qu’Allah nous le remplace. »8Pourtant, Ibn Bâz décréta aux musulmans de se révolter contre le gouverneur del’Irak, Saddam Hussein, et ceci malgré qu’il savait parfaitement que ce peuple n’avaitpas la force de se révolter contre lui. Et d’ailleurs, où sont l’oppression et la tyranniede Saddam Hussein comparé à l’oppression des tawâghît contre qui Ibn Bâz interditde se révolter ?- Ibn Bâz dit « Il ne fait aucun doute que faire allégeance à un tâghoût pareil que lui etde le secourir sont l’un des pire crime, et l’un des pire délits à l’encontre des4 Sayd Al Khâtir5 Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 9 page 2106 Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 9 page 2137 Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 7 page 1238 Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 7 page 124
--------------------------------------------------------------------------------
Page 5
5musulmans, et l’une des pire façon de leur causer du mal. En effet, l’une desconditions du serment d’allégeance est que celui à qui on prête serment soitmusulman, qu’il soit bénéfique aux musulmans, et qu’il ne leur fasse pas demal.» 9- Ibn Bâz ira même plus loin, il va décréter que le Jihâd contre Saddam est l’undes plus grand Jihâd : « L’un des plus grands Jihâd est le Jihâd contre le dirigeant del’Irak, à cause de sa débauche, son oppression, son invasion du Koweït, ses bains desang, sa consommation illicite des biens des musulmans, sa menace envers ses paysvoisins, et des pays du golfe. » 10- Ibn Bâz et le comité des grands savants ont décrété l’apostasie du gouverneurde la Libye, Kadhafi, et justifièrent ce décret car ce dirigeant s’en est prit auxdirigeants et aux savants du Royaume Saoudien. En effet, ils dirent dans leurdéclaration :« Le conseil du comité des grands savants, lors de leur 19ième assemblé… Ont écouterune partie de ce qu’a propager l’émission du gouvernement libyen dans sa nouvelleémission intitulé « Les ennemis d’Allah. » Et le conseil a put y entendre ce qui s’y estdit sur les Imâms de la Da‘wa Salafî, qu’Allah leur fasse miséricorde, dans ce royaumed’Arabie Saoudite et sur les savants et dirigeants, en les dénigrant et en mentant, eten essayant de propager le doute au sujet de leur dogme… »11Remarque :- Ibn Bâz considère qu’il est interdit de se révolter contre un gouvernementmécréant à moins qu’il n’y en ait la force. Malgré cela, il demande au Irakiensde se révolter contre leur dirigeant bien qu’il sache qu’ils n’ont pas la force de9 Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 7 page 39710Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 7 page 38311 Note, Cheykh Ibn Bâz a également permis la révolte contre le gouverneur musulman, lors de sondébat avec Salmân Al ‘Awda, que les mourji’a extrémistes propagent dans leurs forums en croyantque ce débat est une preuve contre les « takfîrî » : L’un des participants au débat intervient en disant : « Legrand problème à ce sujet, qu’Allah te protège, c’est la question du remplacement des lois islamiques par des loishumaines… » Ibn Bâz l’interrompt : « C’est ça le sujet de notre recherche : S’il le fait en le rendant permis. »L’intervenant interrompt : « Mais il peut très bien prétendre qu’il ne le rend pas permis ! » Ibn Bâz : « S’il le faiten le déclarant permis, il devient mécréant. S’il le fait en étant trompé, pour plaire à son peuple ou autre, c’estune mécréance mineure. Mais il sera obligatoire aux musulmans de le combattre, s’ils en ont la force, jusqu’à cequ’il se conforme à la loi d’Allah. Celui qui change la loi d’Allah, comme la Zakât, ou autre, on doit le combattrejusqu’à ce qu’il se conforme. » Ibn Bâz ici a rendu permis la révolte contre le gouverneur coupable de cequ’il considère comme étant une mécréance mineure. Ceci est en opposition avec le Coran, la sounnahet l’unanimité qui est : « qu’il est obligatoire d’obéir et d’écouter tant qu’on ne voit pas une mécréance claire etévidente, pour laquelle nous avons une preuve venant d’Allah. »
--------------------------------------------------------------------------------
Page 6
6se révolter contre lui et de l’enlever ! C’est lui-même qui a décrété auparavantque toutes les armées islamiques dans le monde ne pourraient venir à bout deSaddam et de ses troupes, pour justifier l’alliance avec les chrétiens. Alorscomment veut il d’un peuple désarmé qu’ils se révoltent contre une personneque même toutes les armées arabes ne pourraient venir à bout, au point qu’ilsdurent s’allier à plus de 30 pays pour le combattre ? Et que fait il de la peurdes effusions de sang, qu’il prétexte pour interdire la révolte contre les autrestawâghît de gouverneurs au sujet desquels on l’interrogea dans le passé ?- Ibn Bâz n’a pas décrété la mécréance du gouverneur de l’Irak avant que cedernier n’ait menacé le royaume des saoudiens. Pendant de longues années,Saddam faisait la guerre contre l’Iran et commettait les pires des crimes, (legazage des kurdes à titre d’exemple) Mais lorsque Saddam s’en pris au bienêtre du gouverneur d’Ibn Bâz, Saddam est alors devenu un des Tâghoût qu’ilestobligatoiredecombattre parlesarmes !- Les savants de la famille saoudienne ont décrété l’apostasie de Kadhafi a causeque ce dernier « a dénigré les imams de la da‘wa salafî de l’Arabie Saoudite, ainsique leur dirigeants et leurs savants. » Alors, est ce que le dénigrement de lafamille saoudienne –qu’Allah les maudisse- est devenu une annulation del’islam chez ces gens là ?! Ou bien est-ce qu’ils jouent avec la religion afin deservirlebien-êtredestawâghîtdelapéninsule ?- Ibn Bâz prétend que la méthode des salafs était de ne pas citer les oppressionsdu gouvernement sur le minbar ou ailleurs que le minbar, et ceci est unmensonge sur les salafs, car ils blâmaient les gouverneurs sur les minbar etailleurs, comme le fit par exemple Sa‘îd Ibn Al Mousîb etc… Au point qu’il sefit fouetter par certains gouverneurs pour qu’ils cesse de parler, alors l’émirdit « Comment se trouve Sa‘îd depuis que nous l’avons frapper ? » Alors on dit delui « Par Allah, sa langue n’a jamais été aussi sévère contre toi depuis que tu lui asfait ce que tu lui as fait. » Et ceci avec un dirigeant musulman, alors que dired’un dirigeant apostat ?!- L’imam Nawâwî dit « Al Qâdhî Ibn ‘Yâdh a dit : « Les savants de l’islam sontunanimes pour dire que l’autorité ne peut être confiée à un mécréant et que s’ildevenait mécréant alors il faudra qu’il s’écarte. » (Charh Sahîh Mouslim 12/229)Et Il dit également (Al Qâdhî ibn ‘Yâdh) « Donc, s’il (le gouverneur) est pris par lamécréance et change la Charî’ah, ou bien invente une innovation, il sort du pouvoir etl’obéissance envers lui est rendue nulle. Et il est obligatoire aux musulmansd’appliquer cela, de l’évincer et de le remplacer par un gouverneur juste s’ilsont la capacité de le faire. Et lorsque cela ne peut se produire, excepté par lebiais d’un groupe de gens, il est obligatoire pour eux d’appliquer cela en
--------------------------------------------------------------------------------
Page 7
7évinçant le mécréant. Et cela n’est pas obligatoire concernant un innovateur,sauf s’ils pensent qu’ils ont la capacité de le faire.»- On peut observer dans ces fatwâ décrétant la mécréance de certainsgouvernements arabes, délivrés par les savants de la famille saoudienne,qu’elles ne sont délivrées qu’après que ces gouvernements ne s’en prennent àla famille saoudienne. Saddam Hussein par exemple, ne devint mécréantqu’après avoir menacé et envisagé la guerre contre l’état saoudien. Et Kadhafidevint mécréant après avoir insulté le gouvernement saoudien dans leurprogramme intitulé « Les ennemis d’Allah. »Et ceci n’est pas uniquement avec les gouverneurs, mais ils décrètent même lamécréance des moujâhidîn qui s’en prennent à leur tawâghît et leurs dirigeants !
--------------------------------------------------------------------------------
Page 8
8Cheykh Ibn Bâz……Et le fait de s’aider des mécréants…Ibn Taymiya a dit :« Quand le savant abandonne ce qu’il connaît du Coran et de la sounnah du messager sallallahou ‘alayhi wa sallam, et suit le jugement du gouverneur qui contredit le Coran et lasounnah, il est alors un mécréant apostat, qui mérite le châtiment ici bas et dans l’au-delà. »12Ibn Bâz décréta l’interdiction de demander l’aide des mécréants dans une guerre,en se basant sur beaucoup de versets et de hadîth, et était catégorique dansl’interdiction de cela. Il dit :- « Il n’appartient pas aux musulmans de s’allier aux mécréants ni de leur demander del’aide contre leurs ennemis. Ils sont des ennemis et nous ne sommes pas à l’abri de leurdanger, et Allah a interdit de s’allier avec eux, et de les prendre comme confidents, etIl statua que celui qui s’allie à eux est comme eux, et que tous sont injustes. Et il futconfirmé dans l’authentique de Mouslim, d’après ‘Â’ichâ qu’Allah l’agrée, qui dit « Lemessager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam sortit pour Badr, et un idolâtredemanda au messager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam de l’accompagné dans cecombat, alors le messager d’Allah lui demanda «Crois-tu en Allah et en Sonmessager ? » Il dit « Non. » Alors le messager d’Allah salla llahou ‘alayhi wa sallam lui dit «Vas-t’en, nous ne demanderons jamais l’aide d’un idolâtre.» Puis cethomme les rattrapa encore à deux reprises, avec la même requête, maischaque foi le messager salla llahou ‘alayhi wa sallam le renvoya, jusqu’à cequ’il fini par dire « Oui, je crois en Allah et au messager » Alors le messager d’Allahsalla llahou ‘alayhi wa sallam dit « Alors en avant ! » 13 Cet honorable hadîth nousoriente à abandonner de s’aider des idolâtres, et nous prouve qu’il ne faut pas que lesmusulmans introduisent autre qu’eux dans leurs rangs. Car le mécréant est unennemi à qui on ne confie rien, et pour que les ennemis d’Allah sachent que lesmusulmans n’ont pas besoin d’eux, et qu’ils s’en remettent à Allah et que la victoireest entre Ses mains et personne d’autre… » Jusqu’à ce qu’il dise : « Regarde donc, ôcroyant, le livre de ton Seigneur et la sounnah de ton prophète ‘alayhi salât wa salâm,comme ces deux sources combattent l’alliance avec les mécréants et le faite de leurdemander de l’aide, et de les prendre pour confidents. Et Allah sait mieux ce qui estbon pour Ses serviteurs, et Il est le plus miséricordieux pour eux. Et s’il y avait unbienfait décisif à s’allier avec eux, et de leur demander de l’aide, Allah l’aurait permispour Ses serviteurs. Mais lorsqu’Allah sait que cette chose est une grande corruption,et que les conséquences sont fâcheuses, Il l’interdit et blâma celui qui le fait. »1412 Majmoû‘ Al Fatâwâ ibn Taymiya, vol 35 page 17513 Ce hadîth a été résumé par le traducteur sans altérer le sens.14 Majmoû‘ Fatâwâ volume 1 page 299
--------------------------------------------------------------------------------
Page 9
9- Et lorsqu’il fut interrogé sur le faite de s’aider des shiites rawâfidh pourcombattre l’union soviétique, il répondit « Je ne vois pas que cela soit possible,mais il faut au contraire que les gens de la sounnah soit un seul groupe et qu’ils soientune seule communauté et un seul corps. »15Pourtant, il décréta le contraire de cela lors de la guerre du golfe, lorsque legouvernement saoudien lui demanda une fatwâ permettant cela :- « Dans une telle situation, il est nécessaire pour l’état de demander l’aide de certainspays mécréants contre ce tyran arbitraire ! Car son danger est grand, et qu’il a d’autrepays avec lui, et s’il gagnait, son mal sera plus grand encore. Pour cette raison, legouvernement saoudien et les autres états du golfe sont d’avis qu’il faudra s’aider depays puissants capables d’affronter cet ennemi… Et le comité des grands savants,après avoir examiner la situation, virent que c’est une chose permise, et qu’il estobligatoire de faire cesser ce mal, et qu’il n’est pas permis de s’attarder dans unesituation pareille, mais qu’il est obligatoire de se dépêcher… »16- Et il affirma même qu’il ne fait aucun doute de la permission de cela, et quec’est une obligation: « Il ne fait aucun doute que demander l’aide des nonmusulmans pour défendre et protéger les musulmans et leurs pays de la ruse desennemis est permis dans la loi de l’islam, et même obligatoire vu la nécessité… »17- Et il prétendit que cette permission de s’aider des mécréants est bien connuechez les savants : « En ce qui concerne le faite de s’aider des non musulmans, lestatut de cela est bien connu chez les savants, et il y a beaucoup de preuves à ce sujet,et l’avis correct est ce qu’à estimer le comité des grands savants d’Arabie Saoudite :c’est la permission… »18Remarque :- Avant la guerre du golfe, Ibn Bâz a décrété l’interdiction formelle de s’aiderdes mécréants lors d’une guerre, même en cas de nécessité, et a mentionnépour cela de nombreux hadîth et versets.- Pourtant, lors de la guerre du golfe, Ibn Bâz décrète la permission, et mêmel’obligation de demander l’aide des mécréants pour vaincre Saddam, oublianttotalement ce qu’il dit dans sa première fatwâ : « que les ennemis d’Allah sachentque les musulmans n’ont pas besoin d’eux, et qu’ils s’en remettent à Allah et que lavictoire est entre Ses mains…» Ainsi que sa parole : « Et s’il y avait un bienfaitdécisif à s’allier avec eux, et de leur demander de l’aide, Allah l’aurait permis pour Sesserviteurs. Mais lorsqu’Allah sait que cette chose est une grande corruption, et que les15 Majmoû‘ Fatâwâ volume 5 page 15716 Majmoû‘ fatâwâ volume 6 page 14817 Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 6 page 17218 Majmoû’ Al fatâwâ volume 6 page 109
--------------------------------------------------------------------------------
Page 10
10conséquences sont fâcheuses, Il l’interdit et blâma celui qui le fait. » et « il faut aucontraire que les gens de la sounnah soit un seul groupe et qu’ils soient une seulecommunauté et un seul corps. »- Devons nous prendre la première fatwâ qui nous dit qu’il est formellementinterdit de s’aider des mécréants? Et que la victoire est entre les mains d’Allah,qu’on ne confie rien aux juifs et aux chrétiens? Ou bien devons nous prendrela deuxième fatwâ, qui nous dit que le fait de s’aider des mécréants est unechose bien connue des savants, et c’est que c’est « une obligation vu la nécessité »et « qu’il est obligatoire de se dépêcher » ?- Ibn Bâz affirme que le statut de s’aider avec les mécréants est bien connu dessavants, et c’est la permission ! Mais si c’est si connu, comment cela a-t-il pului échappé lors de sa première fatwâ où il décréta le contraire de cela en sebasant sur des versets du Coran et des hadîth prophétiques?
--------------------------------------------------------------------------------
Page 11
11Cheykh Ibn Bâz…… Et le fait de gouverner par autre que la loid’Allah.Mouhammad ibn ‘Abdelwahhâb qu’Allah lui fasse miséricorde a dit :« Certes, ces tawâghît là, dont les gens croient qu’il faut leur obéir en dehors d’Allah, toussont des mécréants, apostats de l’islam. Comment contredire cela, alors qu’ils rendent licite cequ’Allah a interdit, et interdisent ce qu’Allah a permis, et propagent le désordre sur terre parleurs paroles, les actes et leurs soutiens! Quant à celui qui cherche à discuter en leur faveur,ou critique ceux qui les déclarent mécréant, ou prétend que leurs agissements, bien que fauxet erronés, ne les amène pas jusqu’à la mécréance, et bien le moins qu’on puisse dire d’une telpersonne c’est qu’elle est un pervers, car l’islam ne se valide pas sans le désaveu de ces gens laet sans le témoignage de leur mécréance. »19Lorsque certains prêcheurs débattirent avec Ibn Bâz au sujet du fait de gouverner parautre que la loi d’Allah il dit :- « A la base, c’est une mécréance mineure, sauf s’il déclare cela licite. Sinon, c’est unpécheur qui a commis un grand péché et qui mérite le châtiment, une mécréancemineur tant qu’il ne le rend pas licite. » L’un des participant au débat luimentionna alors le consensus que rapporte Ibn Kathîr qu’Allah lui fassemiséricorde, que la mécréance de celui qui gouverne par autre que la loid’Allah est une mécréance majeure.20 Alors Ibn Bâz dit « Et alors ! Et alors ! IbnKathîr n’est pas infaillible ! Il faut vérifier cela, il peut se tromper comme tout lemonde ! »- Et Ibn Bâz dit ailleurs : « J’ai prit connaissance de la réponse bénéfique et juste qu’adonner le noble cheykh Mouhammad Nâçir Ad-dîn Al Albânî qu’Allah lui accorde laréussite, dans le magazine « Al Mouslimoûn » où le cheykh répondit à la personne quil’interrogea au sujet du faite de rendre mécréant celui qui gouverne par autre que laloi d’Allah sans distinction. Il a donné une réponse vraie, et a eu juste, et a prit le bonchemin des croyants, et a exposé clairement –qu’Allah lui accorde la réussite- qu’iln’est pas permis à qui que ce soit de déclarer mécréant celui qui ne gouverne pas par laloi d’Allah pour ce simple acte, sans savoir s’il a oui ou non rendu permis cela dansson cœur. »2119 Rasâ’il chakhçya20 Ibn Kathîr a dit : « Alors, quiconque abandonne la loi claire révélée sur Mouhammad Fils de ‘Abdallah, ledernier des prophètes, et cherche le jugement d’une autre loi abrogée, il devient mécréant. Que dire de celui quicherche le jugement dans le yäsiq (loi de Gengis Khan) et la rend prioritaire ? Celui qui fait cela est un mécréantet ceci à l’unanimité des musulmans » (Al Bidâya wan nihâya 13/128)21 Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 9 page 124
--------------------------------------------------------------------------------
Page 12
12Pourtant, Ibn Bâz avait auparavant déclaré celui qui gouverne par autre que la loid’Allah mécréant. En effet :- Il dit « Il n’y a pas de foi pour celui qui croit que les lois des gens et leurs idées sontmeilleurs que la loi d’Allah et de Son messager, ou qu’elles leur sont semblables ouleur ressemblent, ni pour celui qui les abandonne et les remplace par des loisinventées et des règlements humains, et ceci même s’il croit que les loisd’Allah sont meilleurs et plus justes »22- Et Ibn Bâz a dit « Alors quiconque se soumet à Allah soubhânah et lui obéit, etdemande la loi qu’Il a révélée, alors il est Son serviteur. Quant à celui qui se soumet àun autre que Lui et demande une autre loi que Sa loi, alors c’est un serviteur de l’idole(le Tâghoût) et s’est soumis à elle, comme Allah dit « N’as-tu pas vu ceux quiprétendent avoir cru en ce qui t’a été révélé et ce qui fut révélé avant toi, et quiveulent avoir pour juge le tâghoût, alors que c’est en lui qu’on leur a ordonnéde ne pas croire? Mais Satan veut les égarer très loin dans l’égarement. »23- Et Ibn Bâz a dit : « Ceci implique donc aux prétendants du nationalisme arabe deprendre des lois forgées s’opposant à la loi du Coran, afin de mettre les membres decette société nationaliste sur le même piédestal dans ces lois. Et beaucoup d’entre euxont déclaré cela, comme nous l’avons précédemment dit. Et ceci est la grandecorruption, la mécréance claire, et l’apostasie déclarée, comme Allah le dit : « Non!...Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’aurontdemandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoissepour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement » (sourate 4verset 65)Et Allah dit « Est-ce donc la loi païenne qu’ils veulent ? Mais qui estmeilleur qu’Allah comme juge, pour des gens qui ont certitudes ? » (sourate 5verset 50)Et Allah dit « Ceux qui ne gouvernent pas par la loi d’Allah sont lesmécréant. » (sourate 5 verset 44) Et Allah dit « Ceux qui ne gouvernent pas par laloi d’Allah sont les injustes » (sourate 5 verset 45) Et Allah dit « Ceux qui negouvernent pas par la loi d’Allah sont les pervers. » (sourate 5 verset 47) Or,tout état qui ne gouverne pas par la loi d’Allah, et n’obéit pas à la loi d’Allah et nel’agrée est un état païen, mécréant, injuste et pervers d’après le texte de ces versetssans équivoques. Et il est obligatoire au musulman de le détester et de le prendre pourennemis pour Allah, et il leur est interdit de leur montrer de l’amour ou de les prendrepour alliés jusqu’à ce qu’ils aient foi en Allah uniquement et qu’ils gouvernent par laloi d’Allah et agréent cela que ce soit à son avantage ou à son détriment. »24Remarque :22 Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 1 page 8923 Majmoû‘ Al Fatâwâ volume 1 page 8424 majmoû‘ Al fatâwâ volume 1 page 305
--------------------------------------------------------------------------------
Page 13
13- Du quel de ces avis pouvons nous dire qu’il est celui d’Ibn Bâz ? Lequelabroge l’autre ? Et y a-t-il en matière de foi et de mécréance des abrogations?Ou alors est-ce la pression des tawâghît qui poussa le cheykh à changer ainsid’avis ?Ibn Taymiya qu’Allah lui fasse miséricorde dit : « Lorsqu’un homme rend permis unechose unanimement interdite, ou au contraire interdit une chose unanimement permise, ouremplace la loi unanimement reconnue est un mécréant à l’unanimité des érudits. » 25Ahmad Châkir qu’Allah lui fasse miséricorde dit : « Le cas de ces lois humaines est aussiclaire que le soleil : c’est une mécréance flagrante, sans aucune subtilité, et sans aucunediscutions. Et il n’y a aucune excuse acceptable pour celui qui se prétend musulman, qui qu’ilsoit, s’il pratique ces lois ou s’y soumet, ou les accepte. »26Mouhammad Al Amîn Ach-Chanqitî qu’Allah lui fasse miséricorde dit dans letafsîr du verset dans « Et ils n’associent personne à Son jugement »27: « …Et il apparaîtde la plus claire façon de ces textes divins que nous venons de citer : que ceux qui suivent leslois humaines que leur a légiféré Satan par la langue de ses alliés, et qui contredisent cequ’Allah ‘azza wa djall a légiféré par la langue de Son messager salla llahou ‘alayhi wasallam, qu’il ne fait aucun doute de leur mécréance et de leur idolâtrie si ce n’est pour celui àqui Allah a voilé la vue et a rendu aveugle de la lumière de Sa révélation, tout comme eux. »25Majmoû‘ Fatâwâ Ibn Taymiya 3/26726 ‘Amdat Tafsîr 4/17427 Adhwâ’ Al Bayân, tafsîr Sourate 18 verset 26
--------------------------------------------------------------------------------
Page 14
14Cheykh ibn Bâz…… Et les communistes…Ibn Al Qayyim qu’Allah lui fasse miséricorde dit :« Les savants du mal s’assoient aux portes du paradis et y invitent les gens par leurs propos,mais ils les invitent à l’enfer par leurs actes. Chaque foi qu’ils disent aux gens de leur bouche« Venez ! » Leurs actes eux disent « N’écoutez pas ! Si ce à quoi ils invitaient était la vérité,ils seraient les premiers à y répondre ! » Ils ont l’image de guides, mais en vérité barrent laroute. » Al Fawâ’idIbn Bâz décréta la mécréance des communistes et que le Jihâd contre eux est uneobligation individuelle, lorsque les caprices des américains et de leurs suppôt defamille royale saoudienne étaient supporters de la guerre contre l’union soviétiquecommuniste.- En effet, il dit : «Le Jihâd Afghan est un Jihâd légale contre un état mécréant.L’obligatoire, c’est de le soutenir et d’aider ceux qui l’accomplissent par tous lesmoyens de soutient. Et ce Jihâd est une obligation individuelle pour nos frères afghans,pour défendre leur religion ainsi que leurs frères et leur terre. » 28- Il décréta même qu’habiter entre les communistes est interdit, et que celui quivit volontairement avec eux malgré qu’il soit capable de les fuir est unpécheur : «Il leur faut émigrer dès qu’ils en sont capable, Quant à celui qui estcapable d’émigrer mais qu’il le prend à la légère et ne le fait pas, c’est un pécheur et ilest en grand danger… Il est obligatoire d’émigrer de tout pays où la mécréance semanifeste et que le musulman n’est pas capable de manifester sa religion, s’il en a lesmoyens.»29- Pourtant, il décréta le contraire de cela : qu’il faut que ceux qui combattent lescommunistes cesse cela et préservent le sang des communistes, lorsqu’il y eula guerre civile au Yémen, entre les communistes et d’autres, et que lescaprices de la famille saoudienne étaient contre ‘Abdallah Sâlih, et avec lescommunistes. Il dit: « D’Abdel‘Azîz Ibn ‘Abdallah ibn Bâz à l’attention desresponsables du Yémen et des leaders et de toute personne raisonnable parmi ceux quicombattent aux Yémen… Ne réjouissez pas les ennemis de l’islam, ne détruisez pasvotre pays et ses habitations de vos propres mains, n’emplissez pas les maisons et lescœurs de haines, épargnez le sang des autres, préservez vos liens d’amitiés et lafraternité dans l’islam… »3028 Majmoû’ Al Fatâwâ volume 5 page 15129 Majmoû’ Al Fatâwâ volume 5 page 15830 Majmoû’ Al Fatâwâ volume 5 page 251
--------------------------------------------------------------------------------
Page 15
15- Et il prétendit que la qibla des musulmans et des communistes est la même, etque leur livre saint est le même et leur prophète est le même ! Il dit au sujetdes conséquence du combat contre les communistes du Yémen : « Ceci auraitété une chose blâmable s’ils étaient vos ennemis dans la religion, alors que dire lorsquec’est entre des gens qui ont la même qibla, le même livre saint, le même messager sallallahou ‘alayhi wa sallam ? »31Remarque :- Devons nous déclarer les communistes mécréants, et les combattre ? Et est-ceque le combat contre eux est une obligation individuelle pour tout les habitantdu pays où les communistes sont au pouvoir, comme dans la première fatwâadressée aux moujâhidîn d’Afghanistan? Ou bien est ce que le sang descommuniste est sacré, et notre qibla est la même que la leur, et ils sont nosfrères dans l’islam, comme dans la deuxième fatwâ adressée aux combattantsdu Yémen ?- Le combat contre les communistes en Afghanistan est pour Ibn Bâz uneobligation individuelle, alors que le combat des communistes du Yémen estun trouble et une calamité !31 Majmoû’ Al Fatâwâ volume 5 page 253
--------------------------------------------------------------------------------
Page 16
16Cheykh Ibn Bâz……Et Salmân Al ‘Awda et Safar Al Hawâlî…Ibn ‘Aqîl, qu’Allah lui fasse miséricorde a dit :« Si tu veux savoir quelle est la solution pour l'islam de nos jours, alors ne regarde pas versles foules de gens dans les mosquées, ni leurs cris lorsqu'ils disent Labbayk !! Mais regardeleurs réactions face aux ennemis de la loi islamique.»32Ibn Bâz dit dans la lettre qu’il écrivit à l’ennemi d’Allah Neyf Âl Sa‘oûd33 -qu’Allahle maudisse et le couvre de honte -en réponse à la demande faite au comité desgrands savants :- « J’ai indiquer la lettre de votre excellence contenant les instruction du protecteur desdeux lieux saint (le roi) et exposer les abus de Salmân Al ‘Awda et Safar Al Hawâlîcontenu dans certains de leurs cours et conférences, et je vous annonce que le conseildu comité des grands savants a parcouru également une édition du livre de Safar AlHawâlî « Wa‘d Kasanjar » et également certaines cassettes de ces deux personne. Leconseil a estimé à l’unanimité que ces écrits contiennent des erreurs. S’ils demandentpardon pour ces abus, et se conforment à ne pas recommencer quoi que ce soit de cela,alors la louange est à Allah et cela sera suffisant. Mais s’ils ne se conforment pas, ilsseront interdits de donner des conférences, des prêches et des cours publiques et descassettes, afin de protéger la communauté de leurs erreurs. »(N° 2/951, le 3/4/1414)- Pourtant, 7 jours plus tard, Ibn Bâz dit le contraire de cela lorsqu’il futinterrogé au sujet de Salmân et Safar : « Leurs cassettes sont profitable, ils ne sontpas des hérétiques, ni des « khawârij » et il n’est pas permis de les calomnier. Et il estobligatoire de les soutenir comme le reste des gens de science et de Ahl Sounnah waljamâ‘a » (N° 197 le 10/4/1414)Remarque :- Est-ce que Salmân et Safar sont un danger pour la communauté qu’il fautempêcher d’enseigner et de prêcher, en nous basant sur la fatwâ que donnaIbn Bâz à Neyf ? Ou bien est-ce qu’il est permis d’écouter leurs cours, et il estinterdit de les dénigrer, d’après la deuxième fatwâ ?- Pourquoi est-ce que cheykh Ibn Bâz ne nous explique pas quelles sont ceserreurs si terribles qui impliquent de les empêcher d’enseigner ? Au minimumpour conseiller la communauté ? Ou bien c’est peut être parce que l’ouvrageen question dénonce le plan des américains, et de ce faite le gouvernementsaoudien veut empêcher de le publier ? Ou alors pourquoi ?32 Ad-Dourar As-Souniya, Chapitre du Jihâd, page 23833 Le ministre saoudien de l’intérieur.
--------------------------------------------------------------------------------
Page 17
17- Quelles sont les erreurs de Salmân Al ‘Awda pour lesquelles il faut l’empêcherd’enseigner et de prêcher ?Cheykh Ibn Bâz… Et la croixL’imam Soulaymân Ibn ‘Abdallah Âl Cheykh dit :« Sache, qu’Allah te fasse miséricorde, que lorsque l’homme fait semblant d’être d’accord avecla religion des idolâtres par peur d’eux, par flatterie ou par courtoisie afin de se préserver deleur mal, alors c’est un mécréant comme eux, même si en réalité il déteste leur religion et lesdéteste, et qu’il aime l’islam et les musulmans. »- Ibn Bâz décréta l’interdiction de porter une montre où il y a une croix visibledessinée dessus, il dit « Lorsque le dessin est caché et qu’on ne peut le voir, alors iln’y a pas de mal. Mais si on le voit sur la montre, où à l’intérieur lorsqu’on l’ouvre,alors ce n’est pas permis, car il est rapporté du messager d’Allah ‘alayhi salât wasalâm qu’il dit à ‘Alî « Ne laisse pas une image sans la détruire. » Il n’est pas permisnon plus de porter une montre où est dessiné la croix, tant qu’on ne l’a pas effacé. Ilfut aussi rapporté du messager d’Allah ‘alayhi salât wa salâm « qu’il ne voyait pasune chose sur laquelle était dessiné une croix sans la défaire » et dans une version« sans la casser».34- Le comité des « grands savants » présidé par Ibn Baz, fut interrogé :« Nous avons divergé sur le cas du musulman qui porte une croix qui est le symboledes chrétiens, certains voient qu’il devient automatiquement un mécréant, et d’autresdisent qu’il faut lui expliquer l’interdiction et qu’elle est l’emblème des chrétiens et s’ilpersiste à la porter alors il mécroit.Réponse :Dans ce genre de cas, il est obligatoire de clarifier les choses, si on lui explique le statutde celui qui porte une croix, et qu’elle est le symbole des chrétiens, et une preuveindiquant que celui qui la porte est satisfait de s’affilier à elle et de ce sur quoi sont leschrétiens, et qu’il continue à la porter alors il devient mécréant, car Allah a dit: « Etcelui d'entre vous qui les prend pour alliés, devient un des leurs. Dieu ne guidecertes pas les gens injustes. »[51/5] L’injustice quand elle est dite dans l’absolue,désigne le grand polythéisme. Il y a en cela aussi une acceptation vis-à-vis desallégations des chrétiens qui prétendent que Jésus( paix sur lui) fut tué, alors qu’Allah34 Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 10
--------------------------------------------------------------------------------
Page 18
18dément ça dans son noble livre en disant : « Or, ils ne l'ont ni tué ni crucifié; maisce n'était qu'un faux semblant ! »[157/4] Et c’est Allah qui accorde la réussite. Etque le salue et la bénédiction soient sur notre messager Mouhammad35Pourtant, après que le roi d’Ibn Bâz se fit photographier avec autour du coup unecroix, en compagnie de sa sœur la reine d’Angleterre, Ibn Bâz fut interrogé sur le casde celui qui met un vêtement que les mécréants lui offrent, sur lequel une croix estdessinée, lorsqu’il va visiter les pays mécréants, est-ce une mécréance : il répondit :« Ce sont des choses normales ! C’est normal ! Le détenteur du pouvoir agit dans ce genre desituation par rapport à ce qui relève de l’intérêt, si le fait d’accepter ce cadeau relève del’intérêt islamique alors cela est permis…»Lorsque certains gens présents entendirent cela, ils dirent « Même une croix cheykh ?! »Il répondit « Même une croix ! »36Remarque :- Est-ce que porter une croix est un grand polythéisme ? Ou bien est-ce « une chosenormale » ?- Ibn Bâz n’assumera pas cette fatwa hideuse, et niera l’avoir prononcée, dans salettre datée du 11/5/1417, n° 1/1477 : « Au sujet de cette cassette que l’on m’attribue, quej’aurais permis de porter la croix et que lorsqu’on m’interrogea à ce sujet, je répondit que c’estpermis. Je sais parfaitement que je n’ai jamais dit cela, c’est un mensonge à mon encontre, celan’a aucun fondement. Qu’Allah donne à celui qui a fait cela ce qu’il mérite. »Mais, hélas, nous avons cette fatwa de sa propre voix, entre nos mains… Qui devons-nous croire ? Nos oreilles ? Ou la plume d’Ibn Bâz ?Et si vraiment il n’a jamais dit cela, que pense-t-il dès lors, de son roi qui a porté lacroix des chrétiens au coup, avec un grand sourire ?Ou peut être que, sa fatwa audio ne permettait pas de porter la croix de façongénérale, mais était uniquement valable pour Fahd Âl Saoud -qu’Allah le maudisse à toutjamais et lui multiplie ses supplices dans l’enfer éternelle-? Dans ce cas, nous présentons nosexcuses au cheykh et nous rectifions : Ibn Bâz autorise au roi Fahd de porter la croix.Dans l’espoir que nous soyons excusés d’avoir « discriminé » le cheykh.- Abou Ahmed Mouhammad ibn Rafîq Al Ajamî, un ancien élève du Cheykh,témoigne :35 Fatâwâ Lajnat Dâ’ima volume 17.36 Cet audio peut être écouté sur le lien suivant http://membres.multimania.fr/echanger1/essai.htm
--------------------------------------------------------------------------------
Page 19
19« La première action à portée internationale quand Fahd est devenu roi alors que j'étaisemployé par Dar el iftâ' es saoudia dans un bureau qu'on appelle el Amâna el 'Amma(Sécurité publique) pour la Prédication Islamique qui se trouve dans la présidence desRecherches Islamiques et de Jurisprudence et la prédication-et-la-Guidée. C'est beaucoup denoms! Ils m'ont obligé à quitter mon emploi et j'ai pris beaucoup de documents pour avertiret effarer les musulmans. Donc la première action que le roi a faite, c'est d'ordonner de nel'appeler que par le titre de Khâdim el Harameyn ech charifeyn. Après cette action, il a renduvisite à ses oncles en grande-bretagne, et à sa vielle sorcière de Tatcher, qui a accroché la croixde la reine Victoria au cou de son frère Khâdim el Harameyn. Et notre cheykh, nommé parKhâdim el Harameyn ech charifeyn a répondu qu'il n'y avait pas de mal à cela et qu'iln'aurait qu'à la jeter plus tard. Certains orateurs du Vendredi m'ont demandé la cassette oùétait enregistrée la parole de ben Bâz. Je la leur ai envoyée enroulée dans plusieurs tissus, et 4discours du vendredi ont été consacrés pour montrer que certains muftis donnent des fatwasqui amènent en Enfer. Ainsi le Mufti devient une passerelle qui mène à l'Enfer. »Le mot de la fin…Ibn Bâz dit : « Il y a plusieurs catégories de gens :- Celui qui ne connaît pas la réalité, et est induit en erreur.- Celui qui est ignorant et ne connaît pas les lois de l’islam.- Celui qui est employé par les tyrans injustes afin de troubler les gens, et leur masquerla vérité. »37A vous de voir à quelle catégorie appartenait Cheykh ‘Abdel‘Azîz ibn ‘AbdallahIbn Bâz, le mouftî de la famille royale saoudienne…Traduit et résumé par Abou Al Hassan ‘Abdallah Al Baljîkî.37Majmoû‘ Al Fatâwâ Volume 6 page 148

_________________
xx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
Erreur de IbnBaz
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ne pas refaire la même erreur : des solutions ?
» Erreur de comparaisons multiples avec t-test (student):suite
» Erreur ! En fait, vous avez bien le Bac !
» Comment choisir le risque d'erreur pour le Chi2 théorique
» L'erreur 57 ! Et si les ingénieurs de free travaillaient chez Airbus, vous prendriez l'avion ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Etudes, Apprentissages et Sciences Islamiques :: Fatwas/Sciences-
Sauter vers: