Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Islamophobie institutionnalisée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Islamophobie institutionnalisée   Jeu 12 Jan - 22:28:14

Salam 1

Islamophobie institutionnalisée: Un entretien pour la nationalité allemande fait des vagues

BERLIN, 11 jan 2006 (AFP) -

Que pensez-vous des kamikazes du 11 septembre? Des mariages forcés? Quelle serait votre réaction si votre fils vous annonçait qu'il est homosexuel? Voici en substance les questions posées depuis le début de l'année aux personnes "douteuses" demandant la nationalité allemande dans une des seize régions du pays. Le milieu associatif crie au scandale.

L'idée, qui vient du ministère de l'Intérieur de l'Etat régional du Bade-Wurtemberg (sud-ouest), est de s'assurer que les candidats qui veulent devenir citoyens de l'Allemagne adhèrent "intimement" à ses "valeurs" et à sa constitution, la Loi fondamentale.

En décembre, le ministère annonçait qu'un entretien personnel de trente questions s'appliquerait aux ressortissants des 57 pays de la Conférence islamique, ainsi qu'à tous les postulants à propos desquels "des doutes existent" quant à leurs convictions intérieures.

Les candidats à la nationalité allemande doivent faire formellement allégeance à la Loi fondamentale. Or les musulmans peuvent "faire éventuellement allégeance sans que cela corresponde à leurs convictions intérieures", argumentait le ministère régional. Il affirmait s'appuyer sur une étude de l'Institut central d'archives sur l'islam, selon lequel 21% des quelque trois millions et demi de musulmans d'Allemagne pensent que la constitution allemande n'est pas compatible avec le Coran.

Peu après, le Conseil central des musulmans d'Allemagne annonçait son intention de porter plainte contre une disposition jugée anticonstitutionnelle et contraire à l'esprit d'intégration.

Interrogé mercredi par l'AFP, le ministère a toutefois précisé que l'entretien ne s'adressait pas systématiquement aux musulmans, et que certains d'entre eux pouvaient tout à fait en être exemptés. "Nos spécialistes (dans les administrations) disposent d'une certaine expérience et peuvent à peu près évaluer si les candidats sont crédibles quand ils affirment être en accord avec la constitution", affirme le porte-parole du ministère, Günter Loos. Ce sera à eux de décider s'il faut faire passer un entretien, qu'il s'agisse "d'un chrétien, d'un hindou ou d'un musulman".

Le ministère fait-il marche arrière devant le tollé général? Il s'en défend bien. Il affirme en tout cas qu'il est encore trop tôt pour chiffrer le nombre d'entretiens déjà passés ou quelles ont pu être les réactions des candidats. Les premières évaluations ne seront pas disponibles avant plusieurs mois.

Cette disposition ne s'applique qu'à cette région. Elle a déjà été rejetée par d'autres gouvernements régionaux de droite comme de gauche, qui la jugent discriminatoire. Les libéraux parlent de "stigmatisation".

Le gouvernement fédéral se borne à dire que c'est l'affaire des seize Etats régionaux compétents en la matière.

Mais la communauté turque, qui se sent particulièrement visée, et les milieux juridiques et même médicaux, ont été prompts à tirer à démonter le projet.

"C'est une honte pour la République fédérale d'Allemagne que de telles questions soient posées", estime Kenan Kolat, président de la Communauté turque d'Allemagne. Pour l'ancien membre de la Cour constitutionnelle allemande Ernst Gottfried Mahrenholz, le formulaire de questions est en contradiction avec la directive européenne contre les discriminations.

Le projet n'est "pas professionnel" et totalement "inadapté" pour traquer d'éventuels ennemis de la constitution, affirme la Fédération des psychologues allemands. Il rend même plus facile la tâche à ceux qui veulent donner les réponses les plus accomodantes, ajoute le fédération.

Enfin l'écrivain Peter Schneider met en garde: "On est en train de lâcher les chiens et on ne devrait pas faire ça en Allemagne. Nous avons malheureusement une longue expérience de systèmes où on mettait son nez partout, avec deux dictatures", l'une nazie et l'autre communiste.



Sources:
http://www.la-croix.com/afp.static/pages/060111162537.4srtb6cz.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
Islamophobie institutionnalisée
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Foi chrétienne, fondamentalisme et islamophobie
» Djamel Bourras et l'islamophobie : Qu'en pensez-vous?
» Pour la LICRA, le terme d'Islamophobie est un piège sémantique !
» Islamophobie, le nouveau fléau français
» D'ou vient le mot islamophobie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Espace Culturel :: News - International-
Sauter vers: