Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ozayr (as)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Ozayr (as)   Sam 14 Jan - 1:46:19

Salam 1

Allâh le fit dormir 100 ans

Allâh (تعالى) a dit : {Ou comme celui qui passait dans par un village désert et dévasté : "Comment Allâh va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort ?" dit-il. Allâh donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita en disant : "Combien de temps as-tu demeuré ainsi ?" "Je suis resté un jour, dit l'autre, ou une partie de la journée." "Non ! dit Allah, tu es resté cent ans. Regarde donc ta nourriture et ta boisson : rien ne s'est gâté; mais regarde ton âne... Et pour faire de toi un signe pour les gens, et regarde ces ossements, comment Nous les assemblons et les revêtons de chair". Et devant l'évidence, il dit : "Je sais qu'Allâh est Omnipotent".} (2/259)

Après cette histoire, les fils d'Israel l'ont pris pour divinité

Allâh (تعالى) a dit : {Les Juifs disent : "Uzayr est fils d'Allah" et les Chrétiens disent : "Le Christ est fils d'Allah". Telle est leur parole provenant de leurs bouches. Ils imitent le dire des mécréants avant eux. Qu'Allâh les anéantisse ! Comment s'écartent-ils (de la vérité) ?} (9/30)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Ozayr (as)   Dim 10 Sep - 16:21:15

L’histoire de Ozayr ('alayhi Salam)

Ozayr fut un des prophètes d’Allah. Il n’est mentionné qu’une fois ou deux dans le Coran. Allah Taala dit: « Ou comme celui qui passait par un village désert et dévasté: «Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?» dit-il. Allah donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita en disant: «Combien de temps as-tu demeuré ainsi?» «Je suis resté un jour, dit l’autre, ou une partie d’une journée.» «Non! dit Allah, tu es resté cent ans. Regarde donc ta nourriture et ta boisson: rien ne s’est gâté; mais regarde ton âne... Et pour faire de toi un signe pour les gens, et regarde ces ossements, comment Nous les assemblons et les revêtons de chair». Et devant l’évidence, il dit: «Je sais qu’Allah est Omnipotent». (Sourate 2 : 259).

Ozayr est l’un prophète qui vinrent après David, Moïse et Salamon. Comme nous l’avons déjà dit, les Enfants d’Israël sont de grands disputeurs et ils ne restent jamais sur le droit chemin. Le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) rapporte dans un Hadith qu’Allah leur envoya de nombreux prophètes. Dès qu’un prophète mourrait, Allah Taala leur en envoyait un autre à sa place. Ainsi, pas un jour de leur vie ne passa sans prophète, depuis Jacob jusqu'à Jésus.

Ozayr (‘alayhi Salam) et le village désert

Le village où Allah demanda à Ozayr de prêcher la religion n’est pas son village d’origine, à la différence de Jonas auquel Allah donna l’ordre de ne pas quitter son peuple. Comme l’indique le verset, Ozayr ne faisait donc que ‘passer’ par ce village qui n’est pas le lieu où il a grandi. Ainsi, son histoire diffère de celles de tous les autres prophètes qu’Allah envoya à leur peuple. Car l’islam nous incite à prêcher en priorité auprès de ceux qui sont les plus proches de nous. Tel était le message de tous les prophètes. Cependant, Allah ordonna à Ozayr de se rendre dans un autre village dont il lui précisa l’emplacement, pour y prêcher la religion. Ozayr monta donc son âne, emportant avec lui nourriture et boisson.

Quand Ozayr parvint au village où Allah lui avait ordonné de se rendre, il fut surpris de constater que le village était désert et qu’il n’y avait pas trace de vie, humaine ou autre. Les maisons étaient toutes en ruine, ni plantes, ni animaux. Comme le dit le verset, il trouva un village désert et dévasté (littéralement dans le texte coranique dont les toits se sont effondré d’abord et puis les murs, ce qui est une indication d’une totale destruction). Ozayr en fait pleine confiance en Dieu, et certain qu’il a été envoyé dans ce village pour la da’wah.

Et même s’il n’y a pas signe de vie dans cette contrée, Allah Taala va la faire revivre. Ozayr en a la certitude. Alla Taala dit : « Ou comme celui qui passait par un village désert et dévasté: «Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?» (Sourate 2 : 259). Le mot ‘comment’ ne suggère pas qu’il s’agit d’une chose impossible. Au contraire, Ozayr a la certitude qu’Allah va faire revivre ce village. Sa question porte seulement sur le ‘comment’.

Il a envie de voir la puissance créatrice divine à travers la résurrection de cette terre morte, tout comme Abraham (‘alayhi Salam) : « Et quand Abraham dit: «Seigneur! Montre-moi comment Tu ressuscites les morts», Allah dit: «Ne crois-tu pas encore?» «Si! dit Abraham; mais que mon cœur soit rassuré …» Abraham (‘alayhi Salam) avait pleine confiance de la puissance d’Allah, mais il voulut voir de ses yeux ce qu’il voyait avec son cœur.

Ozayr (‘alayhi Salam) et le miracle de la résurrection

Ainsi Ozayr grimpa avec son âne, sa nourriture et sa boisson jusqu’au sommet d’une montagne, puis se mit à attendre d’assister au miracle de la résurrection du village. La volonté divine dans cet univers ne s’exerce pas toujours comme nous nous y attendions. Ozayr pensait que du haut de la montagne il verrait les signes d’Allah dans ce village. Mais Allah voulut lui montrer Ses signes d’une façon différente, Allah donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita.

Le thème des trois versets est celui de la résurrection des morts. La vie et la mort sont entre les mains d’Allah Taala qui veut imprégner nos cœurs de cette vérité. Puis Il le ressuscita en disant: «Combien de temps as-tu demeuré ainsi?» «Je suis resté un jour, dit l’autre, ou une partie d’une journée.» Son aspect n’avait pas changé. On raconte qu’il avait la quarantaine et pas de cheveux blancs, pas de rides, et qu’à son réveil il eut l’impression qu’il avait dormi une journée ou une partie d’une journée. «Non! dit Allah, tu es resté cent ans. » Et à ce moment, Ozayr eut la surprise d’apprendre que le signe qu’il avait attendu s’était manifesté en lui-même. Allah lui avait dévoilé les signes de la résurrection et de la mort en lui-même. Gloire à Allah !

Puis il regarda autour de lui. Allah lui dit : « Regarde donc ta nourriture et ta boisson: rien ne s’est gâté; mais regarde ton âne... » Il ne restait plus de l’âne que des ossements éparpillés sur le sol, comme si, effectivement, il était mort depuis cent ans. Ozayr se retrouvait donc devant deux miracles, l’un étant l’inverse de l’autre : le premier s’est produit en lui-même. Il n’a subi aucun changement, ni lui, ni sa nourriture, ni sa boisson. Par contre son âne n’est plus qu’ossements. Il ressort de cette histoire une vérité essentielle : Allah contrôle le temps. Il a fait que la période de cent ans soit une journée pour Ozayr qui n’a subi aucune transformation, comme si le temps s’était arrêté par rapport à lui, alors que cent ans ont passé pour l’âne.

Ainsi Ozayr regarde sa nourriture qui date de la veille, tandis que l’âne est mort depuis cent ans. Mais Allah veut lui monter un autre signe. «Et pour faire de toi un signe pour les gens. » Et voilà le village qui revit! Comme si Allah voulait dire à Ozayr, tu attendais un miracle, tu en auras trois : le miracle du temps qu’Allah transforme comme il veut, le miracle de la résurrection du village, et puis un troisième miracle… « Et regarde ces ossements, comment Nous les assemblons et les revêtons de chair». Ozayr eut la surprise de voir les ossements de son âne s’assembler, et il vit de ses yeux le miracle de la résurrection de son âne. Les ossements se rassemblèrent pour former le squelette complet, puis Ozayr vit ce squelette se recouvrir de chair et de vaisseaux sanguins. Enfin l’âne revint à la vie. Ozayr le monta puis partit. Gloire à Celui qui détient toute chose en Ses mains !

Ozayr (‘alayhi Salam) et les villageois

Ozayr se mit en marche vers le village sur le dos de son âne. Tous ces miracles avaient eu lieu en une journée, et les trois versets qui les relatent s’enchaînent l’un après l’autre dans la sourate 2 pour insister sur le fait que la vie et la mort sont exclusivement entre les mains d’Allah Taala et pour implanter cette vérité dans nos cœurs.

Lorsque Allah lui dit : « Et pour faire de toi un signe pour les gens ». Allah lui ordonna de monter sur son âne et de descendre vers le village. Souvenons-nous que la raison de sa venue dans ce village était la da’wah. Cent ans avaient passé, sans toutefois qu’il n’ait vieilli. Il était toujours âgé de quarante ans, comme avant le miracle. Ozayr descendit au village qui avait retrouvé la vie. Il interrogea les habitants : Avez-vous entendu parler d’un homme appelé Ozayr ? Ils répondirent : Cet homme pieux du village voisin, il est mort il y a cent ans. Alors Ozayr dit : Je suis Ozayr. Mais ils le traitèrent de menteur.

Or il y avait dans son village, une femme qui l’avait bien connu et qui était encore en vie. Mais elle était devenue aveugle. Alors les habitants du village dirent : Allons chercher cette femme qui a connu Ozayr. Nous lui demanderons de te décrire, et si sa description correspond, nous te croirons. La femme vint et se mit à décrire Ozayr et sa description correspondait en tout point avec la réalité. Cependant les habitants dirent qu’ils voulaient une autre preuve. Ils dirent : Ozayr connaissait la Torah par cœur.

La Torah a disparu parmi nous car elle a été brûlée par Nabuchodonosor. Il n’en reste qu’une seule copie qu’une seule personne connaît. Si tu es Ozayr (il était le seul à connaître la Torah par cœur) alors récite la ! Ozayr se mit à réciter la Torah. Puis il se mit à faire la da’wah pour laquelle il était venu dans ce village cent ans plus tôt. Les gens se mirent à l’écouter, à pleurer, et à ressentir la crainte de Dieu à l’écoute de la Torah. Ainsi les habitants du village furent guidés par Ozayr, et la volonté divine se réalisa. Gloire à Celui qui détient la royauté, gloire à Celui qui agence toute chose dans cet univers !

Sources:
Les histoires des Prophètes par Ibn Kathir
Amrkhaled.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
Ozayr (as)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Histoire de l'Islam :: Biographies Hommes :: Les Prophètes (paix et bénédiction d'Allah sur eux)-
Sauter vers: