Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 France-soir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: France-soir   Jeu 2 Fév - 22:30:31

Salam 1

Caricatures de Mahomet: le directeur de France-Soir limogé

jeudi 2 février 2006, 11h57
http://fr.news.yahoo.com/02022006/290/caricatures-de-mahomet-le-directeur-de-france-soir-limoge.html

PARIS (Reuters) - Le directeur de France-Soir, Jacques Lefranc, a été limogé par le propriétaire du quotidien, l'homme d'affaires franco-égyptien Raymond Lakah, après la publication de caricatures du prophète Mahomet dans ses colonnes.

Cette sanction, prise tard mercredi soir, a coïncidé avec de vives protestations dans le monde musulman dénonçant ces représentations qui mettent en scène le prophète.

Dans des déclarations à la presse, Raymond Lakah dit avoir pris cette décision "en signe fort de respect des croyances et des convictions intimes de chaque individu".

France-Soir est le seul quotidien français à avoir publié ces dessins, provenant d'un journal danois.

Il écrivait mercredi : "Oui, on a le droit de caricaturer Dieu" et se défendait dans un éditorial de toute intention "raciste" ou de "dénigrement" d'une communauté.

Jeudi, Serge Faubert, directeur général et rédacteur en chef du journal, est revenu sur cette affaire.

"L'islam interdit à ses fidèles toute représentation du prophète. Légitimement les musulmans ont pu se sentir heurtés dans leurs convictions", écrit-il.

"Tous ceux qui ne sont pas musulmans sont-ils tenus de se conformer à cet interdit ?", demande-t-il considérant que "la liberté religieuse, c'est la liberté de croire ou de ne pas croire".

France-Soir connaît des difficultés financières et est en redressement judiciaire.

jeudi 2 février 2006, 15h28
Caricatures de Mahomet: France Soir se défend, les dessins publiés à travers l'Europe
http://fr.news.yahoo.com/02022006/202/caricatures-de-mahomet-france-soir-se-defend-les-dessins-publies.html

PARIS (AFP) - Le quotidien parisien France Soir a défendu jeudi le droit de la presse à railler n'importe quelle croyance religieuse après la controverse suscitée par sa reproduction la veille des caricatures danoises à l'image supposée du prophète Mohamed.

Dès sa une, clamant "Au secours Voltaire, ils sont devenus fous!" au dessus d'une photo montrant des fidèles brûlant un drapeau danois, le journal français demande puisque "l'Islam interdit à ses fidèles toute représentation du Prophète ... la question qui se pose est la suivante : tous ceux qui ne sont pas musulmans sont-ils tenus de se conformer à cet interdit?"

Le quotidien Le Monde, par un dessin de Plantu à la une et un éditorial, s'est joint jeudi, dans son édition datée de vendredi, à ceux qui défendent le droit de publier des dessins représentant ou caricaturant Mahomet.

"Un musulman peut être choqué par un dessin, surtout malveillant, de Mahomet. Mais une démocratie ne saurait instaurer une police de l'opinion, sauf à fouler aux pieds les droits de l'Homme", écrit le journal dans un éditorial intitulé "Caricatures libres". Plusieurs journaux européens avaient décidé de publier mercredi, au nom de la liberté de la presse, les caricatures de Mahomet, qui valent déjà au journal danois Jyllands-Posten les foudres du monde musulman.

En France, le quotidien populaire France Soir est pour le moment le seul à avoir publié mercredi les 12 caricatures du prophète avec en titre de "une": "Oui, on a le droit de caricaturer Dieu".

L'éditorial précise qu'"il n'y a dans les dessins incriminés aucune intention raciste, aucune volonté de dénigrement d'une communauté en tant que telle".

Le propriétaire de France Soir, l'homme d'affaires franco-égyptien Raymond Lakah, a limogé le président et directeur de la publication Jacques Lefranc, après la reproduction des caricatures de Mahomet.

M. Lakah indique avoir "décidé de révoquer M. Jacques Lefranc de sa fonction de président et directeur de la publication en signe fort de respect des croyances et des convictions intimes de chaque individu".

"Nous présentons nos regrets auprès de la communauté musulmane et de toutes personnes ayant été choquées ou indignées par cette parution", ajoute-t-il.

En Espagne, le quotidien national ABC (droite) et le quotidien catalan El Periodico (gauche) ont reproduit les dessins satiriques.

El Periodico assortit la publication d'un commentaire: "Il est logique que les caricatures irritent certains musulmans. Mais il n'est pas logique que, au nom d'une lecture littérale et inhumaine du Coran, on essaie d'éliminer aussi à l'étranger les critiques ou qu'on menace ceux qui (...) exercent la satire".

La presse britannique n'a pas publié les caricatures.

En Italie, "La Stampa" illustre un article factuel sur le sujet avec un des dessins les plus polémiques, montrant Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe à la mèche allumée. Toutefois, le journal n'invoque pas la liberté d'expression. Il Messaggero se contente d'un article, sans caricature.

En revanche, le quotidien à plus fort tirage d'Italie, Il Corriere della Sera, a publié deux dessins lundi, dont celui du prophète accueillant des kamikazes au paradis en déplorant une rupture de stock des jeunes vierges.

Ils sont assortis d'une longue chronique de Magdi Allam, éditorialiste musulman, qui juge les caricatures "certainement discutables", mais n'en défend pas moins la liberté d'expression. "Qu'attend l'Occident pour intervenir? Adoptera-t-il la politique de l'autruche jusqu'à ce qu'un autre Theo van Gogh soit assassiné (NDLR: cinéaste néerlandais assassiné en novembre 2004 par un islamiste maroco-néerlandais), à Copenhague ou à Oslo?", demande-t-il.

En Suisse, le quotidien populaire Blick a publié mardi deux des dessins incriminés et La Tribune de Genève compte publier les caricatures dans son édition de jeudi, afin, selon le rédacteur en chef du quotidien, "d'alimenter le débat en montrant l'objet du délit".

"Cette affaire est une illustration du choc entre une culture très sécularisée comme la nôtre et une autre culture où la religion est centrale", explique Dominique von Burg. "On peut comprendre les sentiments des musulmans, mais nous sommes dans un Etat pluraliste, on a le droit de faire ça".

Aux Pays-Bas, De Volkskrant (progressiste), De Telegraaf (populaire), NRC Handelsblad publient un ou plusieurs dessins ou la reproduction de la page incriminée de Jyllands-Posten.

Les autres journaux ont opté pour des photos de manifestants devant les ambassades danoises ou des dessins de leurs propres caricaturistes.

A Prague, le quotidien tchèque Dnes publie une petite reproduction des caricatures pour accompagner un article sur le sujet.

En Hongrie, le sujet est évoqué mais sans illustrations.

La France ne saurait remettre en cause la liberté de la presse, après la publication de caricatures de Mahomet, mais souhaite qu'elle s'exerce dans "un esprit de tolérance", a déclaré le ministre des Affaires étrangères Philippe Douste-Blazy.

"Les caricatures publiées ce jour (mercredi) dans ce journal n'engagent que la responsabilité du journal", a déclaré le chef de la diplomatie française qui était interrogé sur la publication des caricatures du prophète par le quotidien France Soir.

"Le principe de liberté de la presse, que les autorités françaises défendent partout dans le monde, ne saurait être remis en cause", a ajouté M. Douste-Blazy. "Il doit toutefois s'exercer dans un esprit de tolérance, dans le respect des croyances et des religions, qui est à la base même du principe de laïcité en vigueur dans notre pays".

En Allemagne, Hendrik Zörner, porte-parole de la Fédération des journalistes allemands (DJV), s'est dit hostile à la publication des caricatures. Le code de déontologie de la presse allemande, a-t-il rappelé, proscrit les articles ou images susceptibles de porter une grave atteinte "aux sentiments religieux ou moraux d'un groupe de personnes".

Le quotidien Die Welt (conservateur) est le seul grand journal à reproduire en "Une" une des caricatures danoises (Mahomet coiffé d'un turban en forme de bombe). Quatre autres dessins sont publiés en pages intérieures.

Dans son éditorial, le journal écrit: "On prendrait les protestations musulmanes plus au sérieux si elles étaient moins hypocrites. Quand la télévision syrienne a diffusé en prime-time des drames documentaires montrant des rabbins en cannibales, les imams se sont tus", écrit Die Welt.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: France-soir   Jeu 2 Fév - 22:31:19

jeudi 2 février 2006, 14h48
"France Soir" justifie la publication de caricatures du prophète Mahomet
http://fr.news.yahoo.com/02022006/5/france-soir-justifie-la-publication-de-caricatures-du-prophete-mahomet.html

PARIS (AP) - La polémique sur les caricatures de Mahomet se poursuit en France. "France Soir" a justifié jeudi la publication la veille par le quotidien de ces dessins, défendant le droit de "railler, critiquer ou moquer les uns et les autres".

Les caricatures, initialement parues le 30 septembre dans le journal danois "Jyllands-Posten" ont déclenché une vague d'indignation et de manifestations dans les pays musulmans. L'un de ces dessins montre le Prophète coiffé d'un turban d'où émerge une bombe. Soucieux d'apaiser la situation, l'ambassadeur du Danemark en France, Niels Egelund, a rencontré jeudi le président du Conseil français du culte musulman Dalil Boubakeur.

"Au secours Voltaire ils sont devenus fous!", titrait jeudi "France Soir" en "Une". "L'islam interdit à ses fidèles toute représentation du Prophète. Légitimement, des musulmans ont pu se sentir heurtés dans leurs convictions. La question qui se pose est la suivante: tous ceux qui ne sont pas musulmans sont-ils tenus de se conformer à cet interdit?", s'est interrogé le quotidien dans un éditorial.

"Imagine-t-on une société où l'on additionnerait les interdits des différents cultes? Que resterait-il de la liberté de penser, de parler, et même d'aller et de venir?", a poursuivi l'éditorialiste.

"France Soir", a-t-il souligné, n'a aucune volonté de "provoquer" ou "jeter de l'huile sur le feu" mais entend continuer à user de la liberté d'expression. Le journal, au passage, "fait litière" de l'argument selon lequel le quotidien, confronté à une grave crise financière, "aurait voulu se faire un coup de pub".

Le quotidien n'a pas fait mention jeudi du limogeage du directeur de la publication Jacques Lefranc, annoncé mercredi soir par le propriétaire du journal Raymond Lakah après la publication des dessins satiriques.

Selon son épouse Marie-Jeanne Lefranc, Jacques Lefranc, qui n'était pas joignable dans l'immédiat, a été limogé bien qu'il se soit opposé à la parution des caricatures. "Il a été limogé sur ce prétexte", a-t-elle déclaré à l'Associated Press. La direction du quotidien n'avait pas fait de commentaires dans l'immédiat.

Mercredi, le Conseil français du culte musulman s'était insurgé contre la "provocation" que constitue à ses yeux la publication par le quotidien "France Soir" des caricatures. Le ministère français des Affaires étrangères a de son côté condamné le même jour "tout ce qui blesse les individus dans leur croyances ou leurs convictions religieuses".

L'ambassadeur du Danemark en France, Niels Egelund, a rencontré jeudi matin le président du CFCM et recteur de la Grande Mosquée de Paris Dalil Boubakeur. M. Egelund a fait "appel au bon sens et au dialogue et à la compréhension entre cultures et religions".

"Je peux dire heureusement que j'ai été reçu d'une telle façon qu'il n'était pas du tout difficile de transmettre ce message", a ajouté M. Egelund au cours d'une conférence de presse, M. Boubakeur saluant pour sa part une démarche "d'apaisement". Faisant allusion à une des caricatures, il a souligné que "le prophète de l'islam n'a pas fondé une religion terroriste, au contraire".

Le grand rabbin de France de France Joseph Sitruk a de son côté déclaré jeudi "partager" la colère du monde musulman. "On ne gagne rien à rabaisser les religions, à les humilier et à en faire des caricatures. C'est un manque d'honnêteté intellectuelle et de respect", a estimé Joseph Sitruk à l'issue d'un entretien avec le Premier ministre Dominique de Villepin.

A Gaza, des Palestiniens armés ont brièvement pris position jeudi devant les bureaux de la Commission européenne à Gaza en signe de protestation. Des extrémistes palestiniens ont menacé de s'en prendre aux bureaux de l'UE et églises à Gaza, tout en invitant les ressortissants français à quitter le territoire.

"Nous veillons en permanence à la sécurité de nos ressortissants, en particulier dans les régions qui présentent des risques", a commenté le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères Jean-Baptiste Mattei. Le Quai d'Orsay, a-t-il rappelé, "recommande déjà depuis plusieurs mois aux ressortissants français de ne plus se rendre dans la bande de Gaza".

Parmi les diverses réactions que continue de susciter l'affaire, le Parti socialiste a souligné que "la liberté d'expression, la liberté de la presse sont des garanties de notre propre liberté et de la démocratie". Reporters sans frontières, par ailleurs, a appelé "au calme et au dialogue", notant que "rien ne saurait justifier des appels à la violence ni quelques menaces que ce soit".

A la "une" du "Monde" jeudi, le dessinateur Plantu revenait lui sur la polémique avec un portrait du prophète, constitué de la phrase "je ne dois pas dessiner Mahomet", répétée à l'infini... AP

ljg/us-v0282/aptn/ll/

jeudi 2 février 2006, 13h41
Mahomet caricaturé: le président du CFCM appelle à ne pas déformer l'image de l'islam
http://fr.news.yahoo.com/02022006/202/mahomet-caricature-le-president-du-cfcm-appelle-ne-pas-deformer.html

PARIS (AFP) - Le président du Conseil français du culte musulman (CFCM) Dalil Boubakeur a insisté jeudi sur la nécessité de ne pas déformer l'image de l'islam en recevant l'ambassadeur du Danemark en France, après la publication de caricatures du prophète Mahomet par un journal danois.

"La liberté d'expression ne peut être la liberté de raconter des mensonges", a déclaré à la presse M. Boubakeur. "Le prophète n'a pas fondé une religion terroriste, mais au contraire une religion de paix. Nous tenons infiniment à cette image et nous n'acceptons pas qu'elle soit déformée".

Soulignant "l'indignation maximum" des musulmans, dont la France abrite avec quelque cinq millions la plus forte communauté en Europe, il a dénoncé "le procédé méprisable" visant à susciter "le malentendu, la calomnie, la diffamation" sur l'islam. "Moi-même je suis opposé aux formes extrémistes de l'islam, nous ne voulons pas de cet amalgame", a-t-il dit.

M. Boubakeur recevait à la grande mosquée de Paris, dont il est le recteur, l'ambassadeur danois en France Niels Egelund qui lui a remis "dans un but d'apaisement et de dialogue" les textes en arabe des déclarations effectuées lundi par le Premier ministre Anders Fogh Rasmussen et le rédacteur en chef du quotidien Jyllands-Posten.

Pour protester contre l'autocensure des dessinateurs qui avaient refusé d'illustrer un livre sur l'islam, ce journal avait publié le 30 septembre 2005 douze caricatures. Parmi ces dessins qui suscitent la colère dans le monde musulman, l'un représente le prophète Mahomet affublé d'un turban en forme de bombe à la mèche allumée.

Le directeur de l'Institut de théologie de la mosquée Djelloul Seddiki a traduit pour la presse ces textes, disponibles sur internet. M. Rasmussen avait condamné à titre personnel la publication des caricatures, mais souligné la liberté d'expression existant dans son pays tandis que le journal présentait ses excuses pour avoir offensé les musulmans - pas pour avoir publié les dessins au nom de cette même liberté d'expression.

M. Boubakeur a remercié l'ambassadeur de sa démarche, après une demi-heure d'entretien. Le diplomate a noté que l'important était "de se concentrer sur le futur, sur une meilleure compréhension entre grandes religions", lançant: "Nous avons constaté tous les deux que notre planète est devenue trop petite pour ces controverses".

Interrogé sur le limogeage mercredi soir par Raymond Lakah, propriétaire de France Soir, du président et directeur de la publication du journal Jacques Lefranc après la reproduction des caricatures, M. Boubakeur a répondu que ce dernier assumait ainsi "les conséquences de ses actes".

M. Boubakeur avait qualifié la veille cette publication de "vraie provocation", tandis que les fédérations membres du CFCM s'étaient dites prêtes à saisir la justice.

"Les apprentis sorciers déclenchent quelquefois des réactions incontrôlées et incontrôlables", a-t-il poursuivi. Interrogé sur les menaces d'activistes dans la bande de Gaza à l'encontre notamment des Français, il a répondu: "Qui sème le vent peut récolter la tempête".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
France-soir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Espace Culturel :: News - International-
Sauter vers: