Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'aumône légale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: L'aumône légale   Mar 16 Mai - 19:09:29

Salam 1

1625. D'après Abou Sa'îd Al-Khoudri (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Point d'aumône légale à prélever sur un montant inférieur à cinq "wasq" (mesure équivalent à 60 sâ' de dattes ou autre), ni à cinq "zawd" (troupe de 3 à 10 chameaux), ni à cinq onces (quarante dirhams d'argent).

Le musulman ne doit pas payer l'aumône légale sur son esclave ou son cheval

1631. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Le musulman ne doit pas verser une aumône légale, ni pour son cheval, ni pour son esclave".

Acquittement de l'aumône légale ou abstention de la payer

1634. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), L'Envoyé d'Allâh chargea de collecter l'aumône légale. On dit : "Ibn Jamîl, Khâlid Ibn Al-Walîd et Al-'Abbâs, l'oncle de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se sont abstenus de s'en acquitter". L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dit alors : "Qu'a-t-il Ibn Jamîl à méconnaître la grâce providentielle après qu'Allâh l'avait enrichi. Mais Khâlid! Vous ne faites qu'opprimer Khâlid! Il a fait de ses boucliers et de ses équipements militaires un legs pour l'amour d'Allâh. Quant à Al-'Abbâs, je paye l'aumône à sa place et une fois autant". Puis s'adressant à "Ô Ne t'es-tu pas aperçu que l'oncle de l'homme est comme son père?".

Zakâ al-Fitr (l'aumône légale versée à la rupture du jeûne) en dattes et en orge

1635. D'après Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) fixa l'aumône légale de la rupture du jeûne (Zakâ al-fitr) à un sâ' (un quart de litre de grain) de dattes ou un sâ' d'orge imposable à chaque personne libre ou esclave, homme ou femme.

1640. Abou Sa'îd Al-Khoudri (رضي الله عنه) a dit : Nous versions comme aumône légale de la rupture du jeûne (Zakâ al-fitr), un sâ' (un quart de litre de grain) de froment, d'orge, de dattes, de fromage blanc ('aqit) ou de raisins secs.

Obligation de s'acquitter de Zakâ al-Fitr avant la prière

1645. D'après Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) ordonna de s'acquitter de l'aumône légale de la rupture du jeûne (Zakâ al-fitr) avant que les fidèles ne se rendissent à la prière (de fête).

Le péché commis par celui qui ne s'acquitte pas de l'aumône légale (Az-Zakâ)

1647. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Nul homme qui thésaurise de l'or ou de l'argent sans en payer l'aumône légale, au Jour de la Résurrection, des plaques métalliques portées à incandescence dans le feu de la Géhenne lui seront appliquées sur le flanc, le front et le dos. Dès qu'elles se refroidissent, elles seront à nouveau portées à incandescence, et lui seront appliquées durant un jour de cinquante mille ans, jusqu'à ce que les comptes des hommes soient réglés. Il verra alors la destinée qui lui a été réservé : le Paradis ou bien l'Enfer".

On demanda : "Ô Envoyé d'Allâh! Si les biens étaient des chameaux?" Il répondit : "La même chose pour le possesseur des chameaux qui n'en paye pas l'aumône légale qui consiste à distribuer un peu de leurs laits le jour où il les mène à l'abreuvoir. Au Jour de la Résurrection, il sera jeté à terre et on amènera tous ses chameaux sans même qu'un chamelon ne manque. Ceux-ci le piétineront avec leurs sabots et le mordront. Ils le fouleront dans un va-et-vient continuel et cela durera un jour de cinquante mille ans, jusqu'à ce que les comptes des Serviteurs soient réglés. Il verra alors la destinée qui lui a été réservé : le Paradis ou bien l'Enfer". On demanda ensuite : "Qu'en est donc du sort du possesseur des vaches et des moutons?" L'Envoyé d'Allâh répondit : "La même chose pour le possesseur des vaches et des moutons qui n'en paye pas l'aumône légale.

Au Jour de la Résurrection, il sera jeté à terre et on amènera tout son bétail sans exception. Aucun d'eux n'aura ni des cornes courbées, ni sera décornu, ni aura l'oreille fendue! Ces animaux l'attaqueront avec leurs cornes et le fouleront aux pieds dans un va-et-vient continuel et cela durera un jour de cinquante mille ans, jusqu'à ce que les comptes des Serviteurs soient réglés. Il verra alors la destinée qui lui a été réservé : le Paradis ou bien l'Enfer". On demanda de nouveau : "Qu'en est-il du possesseur des chevaux, ô Envoyé d'Allâh?" Il répondit : "Les chevaux sont de trois catégories : ils représentent un péché pour un homme, un rempart pour un autre et une récompense pour un troisième. Le cheval est un péché pour son propriétaire, quand celui-ci le destine par vanité et ostentation pour s'attaquer aux musulmans.

Le cheval est un rempart à son propriétaire, quand celui-ci le destine à servir dans le chemin d'Allâh, sans négliger d'en payer le dû d'Allâh soit en donnant à un combattant (pour la cause d'Allâh) le droit de s'en servir, soit en versant l'aumône légale. Le cheval est une récompense pour son propriétaire, lorsque celui-ci le consacre aux musulmans pour s'en servir dans la cause d'Allâh en l'attachant au sein d'une prairie ou d'un jardin, autant que le cheval mange de ce pâturage, autant que l'homme amasse de bonnes actions, le montant de celles-ci augmentera même suivant la quantité des crottins et des urines de l'animal.

Même si ces chevaux se détacheront de leurs longs licous et courront à une longue allure une colline ou plus, Allâh inscrira à leur propriétaire de bonnes actions équivalentes au nombre de leurs traces et de leurs crottins. Et quand leur propriétaire passera par un fleuve, et que ces chevaux s'y abreuveront, même s'il n'avait pas l'intention de les abreuver, Allâh lui inscrira de bonnes actions équivalant à la quantité de l'eau bue". On demanda enfin : "Ô Envoyé d'Allâh! Qu'en est-il des ânes?" Il répondit : "Allâh ne m'a rien révélé à leur sujet sauf ce verset exceptionnel et exhaustif : Quiconque fait un bien fût-ce du poids d'un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d'un atome, le verra".

Dureté du châtiment de celui qui refuse la Zakâ

1653. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه) le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Je ne serai pas heureux si je possède de l'or autant que la montagne de 'Uhud et qu'à la troisième nuit, j'en ai encore un dinar, sauf au cas où celui-ci aurait été conservé pour que je m'acquitte d'une dette".

Ceux qui thésaurisent des fortunes et la dureté de leur châtiment

1656. D'après Abou Dharr (رضي الله عنه) : Al-'Ahnaf Ibn Qays a dit : Je gagnai Médine et alors que j'étais assis parmi un groupe de Qoraychites, arriva un homme grossier de traits, d'aspect et de vêtements. Il s'adressa à eux en disant : "Annonce aux thésauriseurs (des biens et des fortunes qui ne s'acquittent pas de l'aumône légale) qu'on fera rougir dans le feu de la Géhenne pour les punir des pierres qu'on appliquera sur le mamelon de chacun d'eux, qu'on laissera là jusqu'à ce qu'elle pénètre la clavicule de son épaule; et qu'on posera ensuite sur sa clavicule jusqu'à ce qu'elle pénètre son mamelon; ce qui le fera trembler".

Ceci dit, les gens inclinèrent leur tête sans souffler mot. Quant à l'homme, il s'en alla et moi, de le suivre. Il s'installa auprès d'un pilier. Je lui dis : "Je crois que ces gens ont pris en horreur ce que tu leur avais dit". - "Ceux-ci ne comprennent rien. Mon ami, Abou Al-Qâsim (صلى الله عليه و سلم) m'appela un jour et me dit : "Vois-tu le mont 'Uhud ?". Alors, je regardai le soleil (pour savoir l'heure), car je pensai qu'il (صلى الله عليه و سلم) voulait me charger de quelque mission, et je répondis : "Oui, je le vois". - "Ah! reprit-il, je ne serais pas heureux de posséder une quantité d'or égale à la montagne de 'Uhud, sinon que pour la dépenser toute en aumône et n'en conserver que trois dinars.

Et voilà que ces gens-là, ajouta Abou Dharr, s'acharnent à amasser les biens de l'ici-bas sans penser". Je lui dis alors : "Pourquoi ne demandes-tu pas de l'argent à tes coreligionnaires Qoraychites?". - "Non, par Allâh! Je ne leur demanderai jamais des biens temporels ni ne leur expliquerai leur religion jusqu'à ce que j'aille rejoindre Allâh et Son Envoyé".

Encouragement à dépenser l'argent et la compensation que recevra celui qui le fait

1658. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Allâh, l'Exalté et le Très-Haut, a dit : "Ô fils d' Adam, dépense (en aumônes) et Je te compenserai". Puis il poursuivit : "La main d'Allâh est pleine de dons et de bénédictions à déborder, - selon Ibn Numayr -, aucune dépense, durât-elle nuit et jour, ne saurait l'épuiser".

Il faut commencer par dépenser l'argent pour subvenir à ses besoins, à ceux de sa famille et de ses proches

1663. Selon Jâbir (رضي الله عنه) : Un homme de la tribu 'Udhra a promis l'affranchissement à son esclave après sa mort. Ceci parvint à la connaissance de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui demanda à l'homme : "Possèdes-tu d'autre bien?" - "Non", répondit l'homme - "Qui désire l'acheter?", dit le Prophète (صلى الله عليه و سلم) en s'adressant aux fidèles. Na'îm Ibn 'Abdoullâh Al-'Adawî l'acheta à huit cent dirhams. Il apporta la somme à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui l'avait remise à l'homme en lui disant : "Commence par faire la charité à toi-même, s'il en reste quelque chose, dépense-la au profit de ta famille, s'il en reste encore, dépense-la au profit de tes proches, enfin s'il en reste encore, dépense-la par-ci et par-là". Il voulut dire : "Aux besogneux qui t'entourent de droite et de gauche".

Mérite de dépenser l'argent et de verser l'aumône aux proches, à l'épouse, aux enfants et aux parents même s'ils étaient des polythéistes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: L'aumône légale   Mar 16 Mai - 19:11:08

1664. Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه) a dit : "Abou Talha était le plus riche de tous les 'Ansâr de Médine. De tous ses biens, celui auquel il tenait le plus était une palmeraie (Bayrahâ) qui se trouvait en face de la mosquée. L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) y pénétrait souvent pour boire de son eau douce. Anas, ajoute : A la révélation du verset suivant : Vous n'atteindrez la (vraie) piété que si vous faites largesse de ce que vous chérissez.

Abou Talha alla trouver l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et lui dit : "Ô Envoyé d'Allâh, Allâh a dit dans le Coran : Vous n'atteindrez la (vraie) pitié que si vous faites largesse de ce que vous chérissez. Or, de tous mes biens, celui auquel je tiens le plus c'est Bayrahâ; j'en fais aumône pour la face d'Allâh; espérant qu'elle me sera comptée comme bonne œuvre et ajoutée à mon compte auprès de Lui. Ô Envoyé d'Allâh, dispose-toi de cette palmeraie comme bon te semble".

- "Comme c'est merveilleux!, répondit l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), c'est un bien fructueux! C'est un bien fructueux! J'ai bien entendu ce que tu avais dit, mais je te suggère d'en faire aumône au profit de tes proches". Et Abou Talha de la partager entre ses proches parents et ses cousins paternels.

1666. Maymûna bint Al-Hârith (رضي الله عنها) a transmis qu' elle avait affranchi une femme esclave au temps du Prophète (صلى الله عليه و سلم). Comme elle lui raconta ce qu'elle avait fait, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui dit : "Eh bien! Si tu en avais fait don à tes oncles maternels, cela t'aurait valu une meilleure récompense".

1667. Selon Zaynab (رضي الله عنها) : L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit, en s'adressant aux femmes : "Femmes! Faites l'aumône, même avec vos bijoux". Je retournai chez moi et je dis à -mon mari- : "Tu es un homme pauvre et l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) vient de nous ordonner de faire l'aumône. Va lui demander s'il m'est possible de te faire la charité; sinon je la donnerai à quelqu'un d'autre". Il me répondit : "Il vaut mieux que tu ailles toi-même lui demander cela". Zaynab poursuivit : Je me rendis chez l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et je trouvai à sa porte une femme des 'Ansâr qui était venu pour la même raison.

L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) avait un aspect majestueux et impressionnant. Ce fut Bilâl qui nous reçut et nous lui dîmes : "Rends-toi chez l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et informe-le qu'il y a deux femmes à sa porte et qu'elles voudraient savoir s'il leur était permis de donner l'aumône à leurs maris et aux orphelins qui sont à leurs charges, et ne lui communique pas surtout notre identité". Bilâl entra chez l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) et lui fit part de notre question. Il l'interrogea : "Qui sont-elles?" - "Une femme des 'Ansâr, lui répondit-il, et Zaynab". - "Laquelle des Zaynab?", demanda-t-il. - "La femme de L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) lui dit : "Elles auront ainsi deux récompenses : celle d'entretenir le lien familial, et celle de faire l'aumône".

1668. Oum Salama (رضي الله عنها) a transmis qu' elle avait demandé à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) : "Ô Envoyé d'Allâh! Serai-je récompensée si je dépense pour les fils de Abou Salama qui sont mes enfants, bien que ce n'ait pas de mon devoir de le faire?!". Il lui répondit : "Autant que tu dépenses pour eux, autant que tu seras récompensée".

1669. Selon Abou Mas'ûd Al-Badrî (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Tout argent que le musulman dépense pour l'entretien de sa famille, en ne visant rien d'autre que la rétribution d'Allâh, lui sera compté pour aumône".

1670. Selon Asma (رضي الله عنها) : Je demandai à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) : "Ô Envoyé d'Allâh! Ma mère (qui était polythéiste) vint me trouver dans le désir de rétablir nos liens familiaux. Devrais-je lui afficher de la piété filiale?". Il me répondit : "Certes oui".

Récompense du mort au nom duquel une aumône est faite

1672. D'après 'Aïcha (رضي الله عنها), un homme vint demander au Prophète (صلى الله عليه و سلم) : "Ma mère fut victime d'une mort subite et elle n'eut pas le temps de tester. Je crois que si elle avait eu le temps, elle aurait dû faire l'aumône. Est-ce que si je fais l'aumône en son nom, sera-t-elle récompensée?" - "Oui", répondit le Prophète.

Toute action de bienfaisance est considérée comme aumône

1676. D'après Abou Moûsa (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Tout musulman est tenu de faire l'aumône". - "Mais, objecta-t-on, et s'il ne trouve pas (d'argent) pour la faire?". - "Qu'il travaille de ses mains, répondit le Prophète, pour gagner sa vie et faire l'aumône". - "Mais s'il ne le peut pas?". - "Qu'il prête une main secourable à un besogneux victime d'une affliction". - "Et s'il ne le peut pas non plus?". - "Alors qu'il préconise le bien". - "Qu'en est-il s'il ne le fait pas?". - "Qu'il s'abstienne de faire le mal, ce qui lui sera compté pour aumône".

1677. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Chaque jour, à chaque lever du soleil, l'homme doit faire d'aumônes équivalant aux articulations de son corps. Juger équitablement entre deux personnes est une aumône; aider un homme à enfourcher sa monture ou à la charger de ses bagages est une aumône; la bonne parole est une aumône; tout pas fait pour aller à la prière est une aumône; écarter quelque objet nuisible du chemin est une aumône".

Celui qui dépense et fait l'aumône et celui qui s'abstient de le faire

1678. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : Au matin de chaque jour, deux anges descendent du ciel. L'un dit : "Ô Seigneur! Compense celui qui fait l'aumône". - "Ô Seigneur! Inflige une perte à celui qui s'abstient de faire l'aumône", dit l'autre.

Encouragement à faire l'aumône avant qu'il ne vienne le jour où elle ne serait plus acceptée

1679. Selon Hâritha Ibn Wahb (رضي الله عنه), j'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : Faites l'aumône (maintenant), car un temps viendra où l'homme, voulant faire une charité, se verra repousser, par celui qui est sensée en avoir besoin, en ces termes : "Si tu me l'avais offerte hier, je l'aurais acceptée, mais aujourd'hui je n'en ai nullement besoin. Ainsi l'homme de charité ne trouvera-t-il personne de besogneux".

1680. D'après Abou Moûsa (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Il sera un temps où l'homme, voulant faire une aumône en or, ne trouvera personne qui veuille l'accepter. On verra alors l'homme suivi de quarante femmes qui se réfugieront auprès de lui; ce que les hommes seront très peu nombreux par rapport aux femmes".

1681. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "l'Heure Suprême n'aura pas lieu avant que l'argent ne soit abondant et débordant, que l'homme, voulant s'acquitter de l'aumône légale, ne trouve personne pour l'accepter; et que le territoire des Arabes ne se transforme en vergers où coulent les rivières".

L'aumône faite avec l'argent licite est acceptée et fructifiée par Allâh

1684. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Toute aumône faite d'un argent licite -et Allâh n'accepte que le licite-, tombera dans la main droite du Miséricordieux. Même si elle était une datte, celle-ci augmenterait au creux de la main du Miséricordieux jusqu'à ce qu'elle devienne plus grande encore qu'une montagne, tel qu'un poulain ou un chamelon ne grandissent".

Encouragement à faire l'aumône fût-ce d'une demi-datte ou d'une bonne parole, l'aumône passant pour un bouclier contre le feu de l'Enfer

1687. 'Adyy Ibn Hâtim (رضي الله عنه) a dit : J'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) prononcer ces mots : "Evitez l'Enfer autant qu'il vous soit possible, fût-ce en faisant l'aumône avec une demi-datte".

Le porteur faisant l'aumône avec le revenu de son travail. Interdiction formelle de dénigrer celui qui fait aumône d'une somme modeste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: L'aumône légale   Mar 16 Mai - 19:12:40

1692. Abou Mas'ûd (رضي الله عنه) a dit : Lorsque l'aumône nous fut prescris, nous faisions métier de portefaix (pour gagner de quoi la faire). Alors Abou 'Aqîl fit aumône d'un demi sâ' (mesure des grains chez les Médinois, équivalent à huit poignées), alors qu'une autre personne vint faire une aumône plus grande que lui. - "Allâh, dirent les hypocrites, se passera certes de l'aumône du premier. Quant au second, il ne l'a faite que par ostentation". Tel fut l'occasion de la révélation de ce verset : Ceux-là qui dirigent leurs calomnies contre les Croyants qui font des aumônes volontaires et contre ceux qui ne trouvent que leurs faibles moyens (à offrir)...

Mérite de la "Maniha"

1693. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Sera largement récompensé, quiconque prête à une famille une chamelle bonne laitière (Maniha) qui, chaque matin, donne une jatte et, chaque soir, une autre".

1694. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quiconque prête une bonne laitière "maniha", recevra une récompense équivalante au lait qu'elle donne aux matins comme aux soirs".

Parabole de celui qui dépense (en aumône) et de celui qui s'abstient

1695. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "L'avare et le charitable sont comparables à deux hommes qui portent chacun une cotte de mailles qui leur serre la torse. Lorsque le charitable veut faire l'aumône, sa cotte se dilate. Tandis que lorsque l'avare veut la faire, les mailles de sa cotte se rétrécissent de sorte que ses mains se joignent l'une à l'autre, et que les traces de ses pas s'effacent". Abou Hourayra ajouta : Et bien que ce dernier s'efforce d'élargir sa cotte, il ne le pourra plus".

L'aumône, même si elle est faite à celui qui ne la mérite pas sera récompensée par Allâh

1698. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : Une nuit, un homme décide de faire une aumône. Il va alors et la remet à la main d'une prostituée. Le lendemain, on s'étonne de cette aumône faite à une prostituée. L'homme dit alors : "Ô Seigneur! A Toi la louange pour cette aumône que Tu m'as fait donner à une prostituée; je vais faire encore une aumône". Il va déposer son aumône à la main d'un riche. Le lendemain, on s'est étonné de cette aumône faite à un homme fortuné. L'homme (charitable) dit alors : "Ô Seigneur! A Toi la louange pour cette aumône que Tu m'as fait donner à un riche.

Je vais faire encore une aumône". Puis il va déposer son aumône à la main d'un voleur. Le lendemain on s'est étonné de cette aumône faite à un voleur. L'homme dit alors : "Ô Seigneur! Louange à Toi qui m'as fait donner l'aumône à une prostituée, à un riche et à un voleur". Cet homme vit en songe quelqu'un lui dire : "Tes aumônes sont acceptées. Il se peut que l'aumône faite à la prostituée lui épargnera le péché charnel; que celle faite au riche, lui servira de leçon et le poussera à suivre ton exemple et à dépenser une partie des biens qu'Allâh lui a octroyés; et, que celle faite au voleur, lui épargnera le vol".

Récompense du serviteur et de l'épouse faisant l'aumône en se servant, sans prodigalité, des biens de la maison avec l'autorisation explicite ou implicite du chef de la famille

1699. D'après Abou Moûsa (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "L'honnête dépositaire musulman qui exécute -ou qui donne la personne qu'on lui désigne-, ce qu'on lui ordonne d'une façon intégrale, complète et de bon gré, est considéré comme l'un de ceux qui font l'aumône".

1700. D'après 'Aïcha (رضي الله عنها), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand la femme fait l'aumône des vivres de sa maison sans gaspillage, elle aura une récompense. Son mari aura également sa part de la récompense puisque c'est lui qui a acquis ce bien. Le dépositaire en aura aussi sa part; sans toutefois que la récompense de l'un amoindrira celle des deux autres".

1704. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La femme ne doit pas entamer un jeûne (supplémentaire) en la présence de son mari qu'avec sa permission. Elle ne doit pas non plus accueillir quelqu'un chez elle qu'avec sa permission. Quant aux aumônes qu'elle fait avec son argent et sans son autorisation, il aura la moitié de leurs récompenses".

Celui qui a recueilli l'aumône et les bonnes actions

1705. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه) : L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui aura dépensé une paire de quoi que ce soit dans la voie d'Allâh, sera ainsi appelé au Paradis : "Ô Adorateur d'Allâh, voilà une bonne action!". Celui qui tenait assidûment à accomplir la prière, sera appelé par la porte de la prière. Celui qui tenait à faire le djihad, sera appelé par la porte du djihad. Celui qui tenait à faire l'aumône, sera appelé par la porte de l'aumône. Celui qui pratiquait assidûment le jeûne, sera appelé par la porte dite Ar-Rayyân". Abou Bakr As-Siddîq ayant demandé : "Y aura-t-il un inconvénient à ne pas être appelé par toutes ces portes, et y aura-t-il quelqu'un qui sera appelé par toutes ces portes à la fois, ô Envoyé d'Allâh?". - "J'espère, répondit le Prophète (صلى الله عليه و سلم), que tu seras au nombre de ces derniers".

Incitation à faire l'aumône et interdiction de faire le compte de ses dépenses

1708. Selon Asma bint 'Abî Bakr (رضي الله عنها), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) lui a dit : "Dépense en aumône, fais des dons et sois charitable. Ne lésine pas pour qu'Allâh ne te rendes pas impécunieuse".

Encouragement à faire l'aumône même en versant de petites sommes d'argent

1711. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Ô femmes musulmanes! Qu'aucune de vous ne dédaigne de faire don à sa voisine, fût-ce d'un sabot de mouton".

Mérite de l'aumône faite en secret

1712. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Sept personnes seront à l'ombre d'Allâh le Jour où il n'y aura plus d'ombre que la Sienne : le souverain équitable; le jeune homme qui a éteint l'ardeur de sa jeunesse dans l'adoration d'Allâh; l'homme dont le cœur est attaché aux mosquées (qui tient à s'y rendre et à y attendre la prière); deux hommes qui, s'aimant en Allâh, se réunissent pour Allâh et se séparent selon Son décret (par la mort); l'homme qui refuse l'invitation à la fornication offerte par une belle femme de haute naissance, en disant : "Je crains Allâh"; l'homme qui fait l'aumône en secret au point que sa main droite ignore ce que vient de dépenser sa main gauche; et l'homme, en retraite spirituelle, qui invoque Allâh et a, par attendrissement, les larmes aux yeux".

La meilleure des aumônes est celle versée par l'homme sain et avare

1713. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), un homme vint trouver le Prophète (صلى الله عليه و سلم) et lui dit : "Ô Envoyé d'Allâh! Quelle est la meilleure aumône?". - "Celle, répondit-il, faite alors que tu es encore en parfaite santé, parcimonieux, craignant la pauvreté et aspirant à la richesse. N'attends pas le moment de ton agonie pour dire : Ceci est pour untel et cela est pour untel, car tout appartiendra désormais à tes héritiers".

La main la plus haute vaut mieux que la main la plus basse. La plus haute c'est celle qui donne, la plus basse c'est celle qui reçoit

1715. D'après 'Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما) : Pendant qu'il était en chaire sermonnant au sujet de la charité et de l'abstention d'acquérir des biens illicites ou de mendier, l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La main de dessus vaut mieux que la main de dessous. La première est celle qui donne et la seconde est celle qui reçoit".

1716. D'après Hakîm Ibn Hizâm (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La meilleure aumône est celle faite avec des biens superflus. La main de dessus vaut mieux que la main de dessous. Dépense d'abord pour ceux qui sont à ta charge".

Interdiction de mendier

1719. D'après Mu'âwiya (رضي الله عنه), j'ai entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dire : "Je ne suis que le gardien du Trésor Public. Que ce que je donne de bon gré à quelqu'un, lui soit béni. Quant à celui qui convoite un bien et me le demande, il est comme le glouton qui mange sans jamais être rassasié."

L'indigent qui n'arrive pas à subvenir à ses besoins et n'est reconnu par personne comme ayant droit à l'aumône
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: L'aumône légale   Mar 16 Mai - 19:14:56

1722. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "L'indigent n'est pas celui qui demande la charité aux gens; se contentant d'une ou de deux bouchées de nourriture ou d'une ou deux dattes". - "Qui est-ce donc l'indigent, ô Envoyé d'Allâh?", lui demanda-t-on. - "Il est, répondit le Prophète, celui qui ne trouve pas de richesse pour s'épargner le besoin; dont on ne se rend pas compte de son besoin pour lui faire l'aumône, et qui s'abstient de demander aux gens".

Il est répréhensible de mendier

1724. Selon 'Abdoullâh Ibn 'Omar (رضي الله عنهما), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Celui qui ne cesse de demander aux gens rencontra Allâh, au Jour de la Résurrection, avec un visage décharné".

1727. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه) : J'ai entendu l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dire : "Il vaudrait mieux à l'un de vous d'aller de bonne heure ramasser du bois et porter les bûches à dos en vue de faire l'aumône et de rester à l'abri du besoin; plutôt que de demander la charité à quelqu'un qui peut la lui faire ou la lui refuser. C'est pourquoi la main qui donne est de beaucoup meilleure que celle qui reçoit. Subviens d'abord aux besoins de ceux qui sont à ta charge".

L'aumône peut être reçue par celui qui ne l'a ni demandée ni convoitée

1731. Selon 'Omar Ibn Al-Khattâb (رضي الله عنه) : Quand l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) me faisait un don, je lui disais : "Donne-le à quelqu'un qui en a plus besoin que moi". Un jour, il m'a donné de l'argent, et comme je lui répétai : "Donne-le à quelqu'un de plus besogneux que moi", l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) me dit : "Prends-le, et chaque fois qu'il te viendra quelque bien sans que tu l'aies demandé ou l'aies avidement désiré, accepte-le. Sinon, ne cherche pas à en acquérir".

Mépris d'être avide de l'ici-bas

1734. Selon Abou Hourayra (رضي الله عنه) : J'ai entendu l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dire : "Le cœur de l'homme âgé ne cesse de s'attacher fougueusement à deux choses : la longévité et l'amour de la richesse".

Si le fils d'Adam possédait deux vallées, il convoiterait une troisième

1737. Selon Anas (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Si le fils d' Adam possédait deux vallées pleines de richesses, il aurait désiré acquérir une troisième. Rien que la mort ne mettra une fin à sa convoitise. Et Allâh accepte le repentir du repentant".

1739. Selon Ibn 'Abbâs (رضي الله عنهما), j'ai entendu l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dire : "Même s'il possédait de l'argent autant que le contenu d'une vallée, le fils d' Adam aurait désiré acquérir une autre. Rien si ce n'est que la mort ne réduira sa convoitise. Et Allâh accepte le repentir du repentant".

La richesse ne consiste pas dans l'abondance des biens

1741. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "La richesse ne consiste pas dans l'abondance des biens; mais, elle est plutôt celle de l'âme".

Redoute des splendeurs du monde

1742. D'après Abou Sa'îd Al-Khoudri (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), prononçant un jour un sermon, dit : "Certes, par Allâh! Je ne crains pour vous, ô gens, que les splendeurs qu'Allâh vous procure en ce bas monde". Un homme demanda alors : "Ô Envoyé d'Allâh! Est-ce que le bien peut apporter le mal?". Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) garda le silence un moment; puis ayant demandé à l'homme de répéter sa question, répondit : "Le bien n'apporte que le bien. Mais est-ce qu'il s'agit vraiment de bien (c'est plutôt une tentation)? (A titre d'exemple), tout ce qui pousse au printemps risque de causer la mort par météorisme (pour en avoir trop mangé) ou au moins de nuire à la santé. Seul, l'animal herbivore échappera à ce danger. Quand celui-ci mange de l'herbe jusqu'au rassasiement, il se met au soleil et quand il fiente ou urine, puis rumine l'herbe, il pourra recommencer de paître. Celui qui use équitablement des richesses (de ce monde) gardera la bénédiction. Quant à celui qui en use injustement, il sera semblable à celui qui mange sans jamais se rassasier".

Mérite de la chasteté et de la patience

1745. D'après Abou Sa'îd Al-Khoudri (رضي الله عنه), quelques gens des 'Ansâr vinrent demander l'aumône à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم). Celui-ci leur ayant donné, ils la lui demandèrent de nouveau. Et le Prophète de continuer à leur donner jusqu'à l'épuisement de ses ressources. "Quels que soient les biens que je possède, leur dit alors le Prophète, je ne les mettrai pas de côté pour vous en priver. Pourtant, quiconque s'abstient d'acquérir des biens illicites ou de demander l'aumône aux gens, Allâh le protégera et préservera son amour-propre, quiconque essaye de se mettre à l'abri du besoin, Allâh l'enrichira; quiconque essaye de faire preuve de patience, Allâh fortifiera son endurance. Certes, personne n'a reçu un don meilleur et plus avantageux que la patience".

Contentement et sobriété

1747. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Grand Allâh! Donne à la famille de Muhammad juste ce qu'il faut pour subsister".

Le fait de donner à celui qui demande avec grossièreté et impertinence

1749. Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه) a dit : Je marchais en compagnie du Prophète (صلى الله عليه و سلم) qui était vêtu d'une robe najrânite, ayant un ourlet râpeux, quand un bédouin vint le rejoindre et le tira par sa robe si violemment que je vis les traces de l'ourlet marquer le cou du Prophète (صلى الله عليه و سلم). - "Ô Muhammad! Ordonne qu'on me donne des biens d'Allâh dont tu disposes", lui dit le bédouin. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) se tourna vers lui en riant; puis ordonna qu'on lui donnât quelque chose".

1750. Selon Al-Miswar Ibn Makhrama (رضي الله عنهما), l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) distribua des vêtements de dessus sans rien donner à Makhrama. - "Ô mon fils, dit Makhrama, conduis-moi auprès de l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم)". Je l'y donc accompagnai. - "Entre, me dit-il, et appelle le Prophète". Dès que je l'eus appelé, le Prophète sortit, mettant sur ses épaules l'un de ces vêtements, et dit : "Je l'ai mis de côté pour toi". Makhrama alors examina le vêtement et fut satisfait.

Le fait de donner à ceux dont les cœurs sont à rallier à l'Islam et la constance de ceux dont la foi est ferme

1753. D'après Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le jour de Hunayn, lorsqu'Allâh eut accordé à Son Prophète (صلى الله عليه و سلم) le butin des Hawâzin, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) donna prés de cent chameaux à certains Qoraychites. Quelques uns des 'Ansâr dirent alors : "Qu'Allâh pardonne à Son Envoyé! Le voilà qui fait des dons aux Qoraychites et nous laisse de côté. Nous dont les sabres dégouttent encore du sang (des ennemis)!". Anas Ibn Mâlik ajoute : Ces paroles furent transmises à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui convoqua les 'Ansâr à une réunion sous une tente de cuir tanné. Quand ils furent assemblés, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) vint les trouver et s'adressa à eux en ces termes : "Que signifient ces paroles qu'on m'a rapporté d'après vous?".

Les plus sensés parmi les 'Ansâr lui répondirent : "Les gens raisonnables d'entre nous n'ont rien dit; mais certains des nôtres tout jeunes encore ont proféré ces paroles : Qu'Allâh pardonne à son Envoyé! Le voilà qui fait des dons aux Qoraychites et nous laisse de côté, nous dont les sabres dégouttent encore du sang (des ennemis)!". L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) se justifia alors en disant : "Je donne à des hommes qui viennent récemment de quitter l'idolâtrie pour les encourager à rester fidèles à l'Islam. N'êtes-vous donc pas satisfaits que ces gens-là emportent les biens, alors que vous ramenez dans vos demeures l'Envoyé d'Allâh? Par Allâh! Ce que vous remportez vaut mieux que ce qu'ils remportent". Les 'Ansâr répondirent : "Si, ô Envoyé d'Allâh, nous sommes satisfaits". L'Envoyé d'Allâh reprit : "Certes, vous allez souffrir de cette prédilection, répliqua le Prophète, mais soyez patients jusqu'au Jour où vous rencontrerez Allâh et Son envoyé. Je serai alors au bord du Bassin". - "Nous ferons preuve de patience", répondirent les 'Ansâr.

1758. D'après 'Abdoullâh Ibn Zayd (رضي الله عنه), Quand le Prophète (صلى الله عليه و سلم) partagea le butin de Hunayn, il donna à ceux dont les cœurs sont à rallier à l'Islam. Il parvint ensuite à sa connaissance que les 'Ansâr auraient aimé avoir une part du butin comme ceux-ci. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) leur prononça alors un discours. Après avoir célébré les louanges d'Allâh, il dit : "Ô les 'Ansâr! Ne vous ai-je pas trouvés égarés (sous le joug de l'idolâtrie); et Allâh ne vous a-t-Il pas dirigés (à la Bonne Voie) grâce à moi? N'est-ce pas vous étiez pauvres; et Allâh vous a enrichis grâce à moi? N'est-ce pas vous étiez divisés, et Allâh vous a unis grâce à moi?".

A chaque question posée par le Prophète, ils répliquaient : "Allâh et Son Envoyé nous ont comblés de faveurs". - "Qu'est-ce que vous empêche de répondre?", demanda le Prophète. Mais, eux, de se contenter de répéter : "Allâh et Son Envoyé, nous ont comblés de faveurs". - "Si vous le vouliez, reprit-il, vous auriez dit : Tu nous es venu dans telle et telle condition"; et il se mit à les énumérer prétend qu'il n'a pas pu retenir la suite des paroles du Prophète). - "N'êtes-vous donc pas satisfaits que ces gens remportent les moutons et les chameaux, tandis que vous emmenez le Prophète chez vous. Ce sont les 'Ansâr qui me sont les plus proches, comme le chi'âr (le sous-vêtement); tandis que les autres peuples ne sont que comme le dithâr (la couverture).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: L'aumône légale   Mar 16 Mai - 19:15:18

Si ce n'était que l'émigration, j'aurais été un homme des 'Ansâr. Si les gens empruntent une vallée ou un défilé, j'aurais préféré de s'engager dans la voie de la vallée et du défilé menant aux 'Ansâr. Vous souffrirez, après moi, du favoritisme, soyez patients alors jusqu'au moment où vous me retrouverez près du Bassin".

1759. 'Abdoullâh Ibn Mas'oûd (رضي الله عنه) a dit : Au jour de Hunayn, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) favorisa certains gens dans le partage du butin. Il donna à Al-'Aqra' Ibn Hâbis cent chameaux, à de même; donna aussi la prédilection à certains parmi les chérifs arabes et les combla des faveurs. Un homme dit alors : "Par Allâh! C'est un partage injuste qui n'est pas fait pour l'amour d'Allâh". Je me dis alors : "Par Allâh! Je vais faire part de ces propos au Prophète (صلى الله عليه و سلم)". J'allai donc le trouver et je le mis au courant de ce qu'avait dit l'homme. Il rougit puis dit : "Qui donc sera juste si Allâh et Son envoyé ne le sont pas! Qu'Allâh fasse miséricorde à Moïse qui a souffert beaucoup plus que cela et pourtant il a donné la parfaite preuve de la patience!". A la suite de cet incident, ajouta 'Abdoullâh, je décidai de ne plus rien rapporter au Prophète".

Mention des "Kharijites" et de leurs caractéristiques

1761. Selon Jâbir Ibn 'Abdoullâh (رضي الله عنهما), un homme vint trouver l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) à Al-Ji'râna après la bataille de Hunayn. Il le trouva en train de puiser des billets d'argent dans les pans du vêtement de Bilâl pour en distribuer aux gens. - "Ô Muhammad! Sois équitable!", dit l'homme. - "Malheur à toi!, répliqua le Prophète, et qui donc serait équitable; si moi, je ne l'étais pas! Tu aurais certainement beaucoup perdu si je n'étais pas équitable". 'Omar Ibn Al-Khattâb dit : "Ô Envoyé d'Allâh! Laisse-moi tuer cet hypocrite!". Mais le Prophète dit : "A Allâh ne plaise qu'on dit de moi que j'assassine mes compagnons. Cet homme et les siens récitent le Coran sans que sa récitation ne dépasse leur gosier (sans en avoir de récompense) et abandonneront précipitamment l'Islam comme une flèche qui perce un gibier et sort de l'autre côté".

1762. D'après Abou Sa'îd Al-Khoudri (رضي الله عنه), 'Ali (رضي الله عنه), étant au Yémen, envoya de l'or brut à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) qui le partagea entre quatre hommes : Al-'Aqra' Ibn Hâbis Al-Hanzalî, 'Uyayna Ibn Badr Al-Fazârî, 'Alqama Ibn 'Ulâtha Al-'Amirî. Puis, il en donna à l'un des Banû Kilâb, à Zayd Al-Khayr At-Tâ'î et à l'un des Banû Nabhân. Les Qoraychites en furent très irrités et lui dirent : "Comment donnes-tu aux chefs de Nedjd et tu nous prives?". Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) répliqua : "Je ne fais cela que dans le but de gagner leurs cœurs à l'Islam". Alors un homme ayant la barbe touffue, les pommettes saillantes, les yeux creux, le front accusé et la tête rasée, vint lui dire : "Ô Muhammad! Crains Allâh!". L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) lui répondit : "Qui donc obéirait à Allâh si moi je Lui désobéissais? Allâh m'a confié tous les gens de la terre, et vous n'avez pas confiance en moi?". Quand l'homme s'en alla, l'un des fidèles (on raconte qu'il s'agit de Khâlid Ibn Al-Walîd) demanda l'autorisation de le tuer. L'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dit : "De la descendance de cet homme, naîtront des gens qui réciteront le Coran sans qu'il ne dépasse leur gosier, qui tueront les musulmans, qui laisseront en vie les idolâtres et qui abandonneront précipitamment l'Islam comme une flèche qui perce un gibier et sort de l'autre côté. Si je vis encore à cette époque, je les mettrai à mort comme les 'Ad.

Incitation à tuer les "Kharijites"

1771. Sawayd Ibn Ghafala (رضي الله عنه) a dit : J'ai entendu l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) dire : "A la fin des temps, viendront de jeunes gens faibles d'esprit qui répéteront quelques-unes des meilleures paroles de l'humanité; mais qui pourtant réciteront le Coran sans que sa récitation ne dépasse leur gosier (sans en avoir de récompense) et abandonneront précipitamment l'Islam comme une flèche perce un gibier et sort de l'autre côté. Partout où vous les trouverez, tuez-les; car, leur meurtre vaudra, au Jour de la Résurrection, une récompense à celui qui l'a commis".

Les "Kharijites" sont les pires des créatures

1776. Yusayr Ibn 'Amr a demandé à Sahl Ibn Hunayf s'il avait entendu le Prophète (صلى الله عليه و سلم) citer les Kharijites. Sahl lui répondit : Je l'ai entendu dire, en dirigeant sa main vers l'Orient : "De là sortiront des gens qui réciteront le Coran du bout de leurs langues, sans que sa récitation ne dépasse leur gosier; ils abandonneront précipitamment l'Islam comme une flèche perce un gibier et sort de l'autre côté".

Prohibition à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) de s'approprier les biens de l'aumône légale (Az-Zakâ), ainsi qu'à sa famille : les Banû Hâchim et les Banû 'Abd Al-Muttalib

1778. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), Al-Hasan Ibn 'Alî prit une des dattes destinées aux aumônes et la mit dans sa bouche. - "Arrête! Arrête et jette-la, s'écria le Prophète (صلى الله عليه و سلم) en ajoutant : "Ne sais-tu pas que, nous ne mangeons guère de ce qui est destiné à l'aumône?".

1779. D'après Abou Hourayra (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a dit : "Quand je rentre chez moi, que je trouve une datte tombée sur mon lit et que je la prends pour la manger; je crains qu'elle ne fasse partie de ce qu'avait été destiné à l'aumône et je la rejette tout de suite".

1781. D'après Anas Ibn Mâlik (رضي الله عنه), le Prophète (صلى الله عليه و سلم), ayant trouvé une datte, dit : "Si je ne craignais qu'elle ne fît partie de l'aumône, je l'aurais mangée".

Le cadeau est permis au Prophète (صلى الله عليه و سلم) ainsi qu' aux Banû Hâchim et aux Banû 'Abd Al-Muttalib, même si celui qui l'offre l'a acquis de l'aumône légale. Une fois que l'aumône légale est acquise par le pauvre, elle ne devient plus une aumône et alors elle est licite à toute personne même ceux à qui elle était interdite

1786. Selon Anas (رضي الله عنه), Barîra offrit comme cadeau au Prophète (صلى الله عليه و سلم) de la viande qui lui avait été donnée en aumône. - "Cette viande, dit le Prophète, est une aumône pour elle et un cadeau pour nous".

1787. 'Aïcha (رضي الله عنها) a dit : Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) reçut comme cadeau de la viande de bœuf. - "C'est de l'aumône faite à Barîra ", dit-on. - "C'est une aumône pour elle et un cadeau pour nous", répondit-il.

1789. 'Umm 'Atiyya (رضي الله عنها) a dit : Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) m'a donné une brebis en aumône; alors, j'en ai envoyé un morceau à 'Aïcha. Quand il entra chez 'Aïcha, le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit : "Avez-vous quelque chose (à manger)?". Elle répondit : "Non, excepté ce morceau de la brebis provenant de l'aumône faite à Nusayba que celle-ci nous a envoyés". - "Apporte-le, reprit le Prophète, il est arrivé à sa place".

Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) a accepté le cadeau et a refusé l'aumône légale

1790. Abou Hourayra (رضي الله عنه) a dit : Quand on apportait de la nourriture à l'Envoyé d'Allâh (صلى الله عليه و سلم), il s'enquérait si c'était un cadeau - et en ce cas il en mangeait- ou une partie de l'aumône -et en ce cas il refusait d'en manger-.

Invocation en faveur de celui qui fait l'aumône

1791. 'Abdoullâh Ibn 'Abî 'Awfâ (رضي الله عنه) a dit : Chaque fois que des gens apportaient l'aumône au Prophète (صلى الله عليه و سلم), il disait : "Ô Seigneur! Répands sur eux Ta bénédiction". Lorsque mon père Abou 'Awfâ vint lui apporter son aumône, il dit : "Seigneur! Répands Ta bénédiction sur la famille de Abou 'Awfâ!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'aumône légale   Aujourd'hui à 11:28:28

Revenir en haut Aller en bas
 
L'aumône légale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Clause conventionnelle/ Clause légale
» Notre Dame de Fatima et commentaire du jour "Donnez en aumôme ce que vous avez,..."
» Message de Carême de SS Benoît XVI: l'aumône
» Aumônerie
» gueulawil, gwall-avel, gol-aùel, gale-heul

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Etudes, Apprentissages et Sciences Islamiques :: Fatwas/Sciences-
Sauter vers: