Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La sunnah du jeûne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: La sunnah du jeûne   Mar 15 Aoû - 22:00:55

Salam 1

DE L'ETIQUETTE ET DE LA SUNNAH DU JEÛNE

Certains aspects sont obligatoires (wajib) et d’autres sont recommandés (mustahab). Nous devons bien nous tenir à manger et à boire quelque chose lors du souhour et à le faire tarder jusqu’au moment qui précède l’adhan du Fajr. Le Prophète nous dit :
« faîtes le souhour car c’est un repas béni (il y de la barakah) »
Hadith rapporté par al-Bukhari, Fath, 4/139.

« le souhour comporte de la nourriture bénite et c’est ce qui nous différencie des autres gens du Livre. Un bon souhour pour le croyant est de manger des dattes. »
Hadith rapporté par Abu Dawoud, no. 2345 dans Sahih al-Targhib, 1/448.

Il ne faut pas retarder le moment de l’iftar car le Prophéte nous dit :
« Les gens biens seront ceux qui ne repousseront pas le moment de l’iftar. »
Hadith rapporté par al-Bukhari, Fath, 4/198.

Il faut rompre le jeûne à la manière qui nous est décrite par Anas dans le hadith. Dans ce dernier, Anas nous raconte que le Prophète rompait son jeûne avec des dattes fraîches avant de faire sa prière. S’il n’avait pas à sa disposition des dattes fraîches alors il prenait des dattes sèches. Et s’il n’avait pas de dattes sèches, alors il buvait de l’eau à toutes petites gorgées. »
Hadith rapporté par al-Tirmidhi, 3/79 et d’autres. D’après lui, il s’agit d’un hadith quasiment hasan. Il a été classé comme sahih dans al-’Irwa’, no.922.

Après le jeûne ; il faudrait répéter les paroles du hadith rapporté par Ibn ‘Umar qui nous dit qu’au moment de rompre le jeûne, le Prophète disait :
« DAHABA AL-ZAMA’ WA’ BTALLAT AL -’UROUQ WA THABAT AL-AJRU IN CHA ALLAH. (La soif a disparu, le sang dans les veines coulent à nouveau, et la récompense est certaine, in cha Allah) ».
Hadith rapporté par Abu Dawoud, 2/765. Son Isnan a été classé comme hasan par al-Daraqutni, 2/185.

Il faut s’éloigner des pêchés car le Prophète nous a dit :
« Quiconque d’entre vous jeûne, ne doit pas se laisser tenter par un quelconque pêché...»
Hadith rapporté par al-Bukhari, al-Fath, no. 1904.

Le Prophète a ajouté :
« Si on ne cesse pas de dire des mensonges et d’agir en conséquence, on n’a pas besoin de s’abstenir de nourriture ni de breuvage pour Allah. »
Rapporté par al-Bukhari, al-Fath, no.1903.

Celui ou celle qui jeûne ne doit pas s’engager à des actes illicites (haram) comme la médisance, les obscénités et les mensonges. Sinon il ou elle perdra toute sorte de récompense. Le Prophète nous dit :
« Il se peut que celui qui jeûne n’obtienne rien de son abstention si ce n’est que le fait d’avoir eu faim. »
Hadith rapporté par Ibn Maajah, 1/539, Sahih al-Targhib, 1/453.

Les choses qui peuvent détruire nos hasanat (bonnes actions) et rapporter des say’at (les mauvaises actions) sont :

- S’autoriser à se distraire par des jeux télévisés, des feuilletons mélodramatiques (sitcoms), des films et des matchs de sport.

- Se rassembler dans un esprit oisif.

- Traîner dans les rues en compagnie de gens mauvais et qui utilisent leur temps à mauvais escient.

- Se promener par-ci par-là sans aucun but.

- Marcher sur les routes et les trottoirs bondés

Ainsi le mois qui devrait être celui du tajahud, du dhikr et de l’adoration devient celui où on dort toute la journée pour éviter d’avoir faim, où on manque à ses prières et à l’opportunité de prier ensemble et où on finit ses nuits en s’adonnant à des divertissements et laisser parler ses désirs.

Certaines personnes appréhendent ce mois avec beaucoup d’ennui et d’embarras ne pensant qu’aux plaisirs qu’ils vont rater ! Il y a même des gens qui vont dans des pays de mécréants pour passer de bonnes vacances.

Même les mosquées ne sont pas protégées de ce mal comme l’apparition de femmes parfumées et maquillées. Donc la Maison d’Allah elle-même n’est pas munie contre ces maux. Il y a des personnes qui profitent pendant ce mois du Ramadhan pour quémander bien qu’elles ne soient pas dans le besoin.. D’autres encore perdent leur temps dans les supermarchés et se promènent dans les magasins. Il y a également des gens qui passent leur temps à coudre. D’autres mettent de la nouvelle marchandise et des styles nouveaux dans leurs rayons les dix derniers jours du ramadhan en éloignant les autres croyants de passer un peu de leur temps à essayer de gagner des hassanat et des récompenses. Il ne faut pas se permettre de se faire provoquer car le Prophète nous dit :
« Si quelqu’un le frappe ou l’insulte, le croyant doit se dire ‘je jeûne, je jeûne’ ».
Hadith rapporté par al-Bukhari et d’autres, al-Fath, no.1894.

Il faut parler de la sorte pour faire rappeler aussi bien à soi-même mais aussi à son adversaire de la situation du jeûne. Il est vrai que quiconque observe l’attitude de celui qui jeûne se rendra compte de quelque chose de différent. Il est important de faire preuve de maîtrise de soi-même et de calme. Pourtant c’est le contraire qu’on voit quand on regarde les conducteurs énervés au volant se dépêcher quand ils entendent l’adhan du maghreb.

Il ne faut pas beaucoup manger car le Prophète nous dit :
« Il n’y pas quelque chose de pis pour le fils d’Adam que de remplir son estomac »
Hadith rapporté par al-Tirmidhi, no. 2380 ; d’après lui il s’agit d’un hadith sahih et hasan.

La personne sage veut manger pour vivre et non pas vivre pour manger. La meilleure des nourritures est celle qui est là pour être utilisée et non celle qui est là pour être servie. Mais les gens se laissent aller à différentes sortes de nourriture pendant le mois du ramadhan et envisagent la nourriture comme une forme artistique virtuelle si bien que les domestiques et les femmes de maison passent leur temps à faire à manger, ce qui les retient loin de l’adoration . D’ailleurs on passe plus de temps à s’occuper de la nourriture pendant le mois du ramadhan . C’est pourquoi ce mois devient la période des indigestions, de l’embonpoint des maladies gastriques. Les gens y mangent comme des gloutons et boivent comme des chamois assoiffés. Et au moment d’aller prier le tarawih, ce n’est pas sans dédain qu’ils s’encouragent à se lever pour le faire. Certains vont même jusqu’à quitter les tarawih après avoir tenu deux rakats.

Il faut être généreux dans le sens où il faut partager son savoir, donner de l’argent et user de son statut social d’autorité ou encore de ses atouts physiques pour venir en aide aux autres. Il faut bien évidemment adopter un bon comportement. Al-Bukhari rapporta qu’Ibn ‘Abbas dit :
« Le Messager d’Allah était le plus généreux des hommes [il faisait du bien autour de lui] et il était encore plus généreux pendant le mois du ramadhan. A ce moment-là Jibril vint à se rencontre. Le Prophète avait l’habitude de lui rendre visite tous les soirs et de lui enseigner le Coran. Le messager d’Allah faisait preuve d’une générosité immense et inimitable. »
Hadith rapporté par al-Bukhari, al-Fath, no.6.

Comment les gens pourraient faire preuve d’avarice et de fainéantise au lieu d’être généreux et de faire de bonnes actions ? Comment ces gens peuvent utiliser l’excuse du ramadhan pour se permettre de mal traiter les autres et de ne pas mener à bien leurs tâches ?

Combiner le jeûne avec l’aumône aux pauvres est une des meilleures manières d’accéder au paradis comme le Prophète l’a dit :
« Au paradis il y a des pièces dont on peut voir l’intérieur et dont l’intérieur se reflète à l’extérieur. Allah les a préparé pour ceux qui donnent à manger aux nécessiteux, ceux qui sont doux dans leur langage, qui jeûnent régulièrement et qui prient quand les gens sont endormis »
Hadith rapporté par Ahmad, 5/343

Le Prophète nous dit :
« Quiconque donne de la nourriture à quelqu’un pour rompre son jeûne aura la même récompense sans aucune altération. Sa récompense sera égale que celle de celui qui aura jeûné. »
Hadith rapporté par al-Tirmidhi, 3/171 ; Sahih-al-Targhib, 1/451.

Cheikh al-Islam :
« Ce qui est sous-entendu dans ce hadith est que celui qui donne doit donner jusqu’à ce que l’autre soit satisfait. »

Un grand nombre de salaf préféraient les pauvres à eux-mêmes quand il s’agissait de rompre le jeûne. Parmi ces salaf, il y avait ‘Abd-Allah ibn ‘Umar, Malik ibn Dinar, ahmad ibn Hanbal et d’autres encore. 'Abd-Allah ibn ‘Umar ne rompait pas le jeûne tant qu’il n’y avait pas d’orphelins et de nécessiteux avec lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
La sunnah du jeûne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Voyager le jeudi est une sunnah
» Nouvelle librairie exclusivement en arabe : maktabah-sunnah.com
» Le sens de Al-Jamâ’ah
» Hijra, ou doctrine islamique de l’immigration-
» Les ongles

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Etudes, Apprentissages et Sciences Islamiques :: Siyâm (Jeûne)-
Sauter vers: