Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les Paroles des Compagnons (ra)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Les Paroles des Compagnons (ra)   Ven 16 Déc - 22:30:09

Salam walaykum

Sagesses attribuées à 'Umar Ibn Al Khattab

- "Le plus sage parmi les hommes est celui qui leur trouve des éxcuses et accepte celles qu'on lui présente".

-"Trois choses mènent l'homme à sa perition : une avarice à laquelle il se plie, une passion qui le guide et le fait qu'il soit fièr de lui-même".

-"Celui qui agit avec bienfaisance envers quelqu'un de fautif est un noble".

-"Que Dieu soit Clement à l'égard de quiconque me montre mes faiblesses".

-"Jugez vous-mêmes avant que l'on ne vous juge, et pesez vos actes avant que l'on ne les pèse, car ceci est plus facile pour vous que d'être jugés le Jour de la résurection".

-"Je vourais tant sortir de ce monde comme j'y suis entré : sans bonnes actions et sans péchés".

-"Si un mulet trébuche en Irak, Dieu m'en demandera compte en me disant : Pourquoi Ô 'Umar, ne lui as tu pas aplani la route"

Un jour, alors que 'Umar travaillait dans le Bayl al Mâl, 'Ali entra. 'Umar lui dit "Ô Abû Al-Hassan est-ce personnel ou est-ce une affaire qui concerne les Musulmans? "
'Ali lui répondit "C'est plutôt une affaire personnelle". 'Umar éteignit alors la bougie qui éclairait la chambre en disant : "dans ce cas-là, nous n'avons pas besoin de gaspiller les biens des Musulmans!".

Ibn Mas'ud a dit : "si l'on mettait la science de 'Umar sur le plateaux 'une balance et la science de tous les vivants sur l'autre plateau, nul doute que celui de 'Umar serait plus lourd".

Les Musulmans, persécutés à Mekka décidèrent d'émigrer vers Medine. ils partirent en petits groupes et en cachètte par peur des represailles.
Et que fît 'umar? Ibn 'Abbas raconte qu'avant de partir pour Médine, 'Umar attacha son épée autour de sa taille, mit son arc à l'épaule, prit les flèches dans sa main, puis se dirigea vers la ka'ba. il fît le Tawaf, deux génuflexions dans l'oratoire d'Ibrahim puis passa près du groupe de négateurs qurayshites.

Il leur dit : "que celui d'entre vous qui veut que sa mère le perde, que ses enfants deviennent orphelins ou que sa femme soit veuve, me suive au delà de cette vallée!

'Umar a dit : "Si mon Seigneur disait le jour de La Résurection, toutes les créatures entreront au Paradis sauf une, je craindrai que ce soit moi!".

Un jour, 'Umar vit un homme en train de commettre un vol. 'Umar l'interpella, mais l'homme nia cet acte et jura par Dieu qu'il était innocent. le Calife lui dit : "Tu dis vrai et les yeux de 'umar ont menti". Sa vénération pour Dieu était telle qu'il refusait d'admettre qu'on puisse jurer en Son Nom et mentir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Paroles des Compagnons (ra)   Ven 16 Déc - 22:33:18

Sagesse et Maximes attribuées à 'Ali Ibn Abi Talib

"Prends gare à la vanté de ton âme ; ne fais pas confiance à ce qui te plait en elle".

"Ne cessez pas d’invoquer Dieu, car il est la meilleure pensée que vous puissiez avoir".

"Le sort dépend du temps ; un jour pour toi, un jour contre toi ! Aussi, quand le temps et en ta faveur, ne sois pas orgeulleux mais soit modestes. Par contre, quand il est en ta défaveur, sois patient".

"Il n’y a pas de meilleure richesse que l’intelligence, pas de solitude plus triste que l’orgueil, pas de meilleure intelligence que la bonne gestion, il n’y a pas de meilleure générosité que la piété ; pas de meilleur compagnon que les bonnes vertus, ni d’héritage meilleur que l’éducation ; il n’y a pas de meilleur chef que la réussite, ni de commerce plus prospère que les bonnes actions ni de bénéfices plus profitables que la récompense divine ; il n’y a pas de meilleure scrupule que le fait de s’abstenir devant une chose douteuse, ni d’ascétisme plus louable que le fait d’éviter les choses illicites, ni de science meilleure que la méditation ; il n’y a pas de meilleure adoration que l’application des obligations, ni de foi sincère mieux que la pudeur et la patience, ni de noblesse meilleure que la modestie ; il n’y a pas d‘honneur meilleur que la science, ni de puissance plus louable que la magnanimité, ni de soutien plus solide que la consultation ».

« Accorder autant d’importance à ce bas monde, malgré tout ce que l’on voit, c’est de l’ignorance ! N’agir que partiellement en faveur du bien, alors que l’on sait la récompense assurée, c’est de la négligence. De même, placer sa confiance en quelqu’un sans l’avoir éprouvé auparavant, c’est de la faiblesse ».


‘Umar :

Un jour, un aveugle se présenta chez ‘Umar avec l’intention de se plaindre du mauvais caractère de son épouse. Alors qu’il frappait à la porte du Calife, il entendit des éclats de voix. C’était l’épouse du Calife qui criait sur son époux.
‘Umar ne répondait pas. Entendant cela, l’aveugle décida de rebrousser chemin en se disant : « si telle est la vie de ‘Umar qui est réputé pour sa rudesse et sa sévérité, et qui plus est, le commandeur des croyants, que dire alors de la mienne ! ».

A ce moment là, ‘Umar sortit de chez lui et l’aperçu qui s’éloignait. Il l’appela et lui demanda l’objet de sa visite. L’homme lui répondit : « j’étais venu me plaindre du comportement de mon épouse, mais en entendant ce que j’ai entendu, je me suis retiré en disant : si le commandeur des croyants vit ainsi avec son épouse, que dire alors de mon cas ! ».

‘Umar lui dit : « Mon frère, si je la supporte comme tu le vos, c’est qu’elle à des droits sur moi : C’est elle en effet qui prépare ma nourriture, qui cuit mon pain, qui lave mes vêtements et qui allaite mes enfants, alors qu’elle n’est pas obligée de le faire ! » A ses cotés, mon cœur s’apaise et s’abstient de commettre l’adultère ! Pour toutes ces raisons-là, je dois la supporter ! » L’homme dit : « C’est vrai ! Il en est de même pour ma femme ! » ‘Umar lui dit : « Alors, supporte-là mon frère ! Car la vie n’est qu’un court moment ! ».


Abû Hurayra :

Notre compagnon a avoué que terrassé par la faim, l lui arrivait de se tenir sur le chemin qu’empruntaient les compagnons et d’interroger celui qui passait sur un verset quelconque du Coran (que Abû Hurayra connaissait au passage, le petit malin), pour que celui-ci l’invite chez lui et lui donne à manger. Un jour dit-il, j’avais tellement faim (il attachait une pierre autour de son ventre pour apaiser sa faim Masha-Allah !) que je me suis mis sur la route en attendant que quelqu’un passe. Passa Abû Bakr, que j’interrogeais sur un verset du Coran. C’était une astuce pour qu’il m’invite chez lui. Mais il ne comprit pas mes intentions. Puis passa ‘Umar, et il n’arriva pas lui non plus à comprendre mes intentions. J’étais là, torturé par la faim, lorsque arriva le Messager d’Allah, qui l’invita chez lui afin de boire un gobelet de lait avec les gens de la Suffa.

Un jour qu’il était en train de marcher dans la rue, Abû Hurayra vit avec regret les gens préoccupés par le commerce et les affaires de ce monde. Il se mit alors au milieu de la rue et commença à interpeller les gens en leur disant :

-« O gens de Médine, je vois que vous êtes négligents et distraits ! »

-« Qu’est-ce qui te permet de dire cela ? » Répondrent-ils .

-« Vous êtes là en train de vendre et d’acheter alors que l’héritage de Muhammad se distribue. Pourquoi n’allez-vous pas prendre vos parts ? «

-« Ou se trouve cet héritage ? »

« A la Mosquée ! »

Ils se précipitèrent tous à la mosquée pendant que lui demeurait sur place. Quelques temps après, ils revinrent et lui dirent :

« Ô Abû Hurayra, nous sommes entrés dans la mosquée et nous n’avons pas vu que quelque chose s’y distribuait ! »

Il leur dit : « Vous n’avez rien vu à l’intérieur de la Mosquée ? »

-« Si ! Nous avons vu des gens prier, d’autres réciter le Coran et d’autres étudier le Bien et le Mal. »

«-« Malheur à vous ! C’est cela l’héritage de Muhammad » leur dit-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Paroles des Compagnons (ra)   Ven 16 Déc - 22:40:06

Abû Barkr As Siddiqs (ra)

" l'avis d'une personne est comme un fil ténu. Deux avis comme deux fil tressés. Si les points de vues sont nombreux, on obtient une corde résistante" ('Omar ibn Khattab )"

« L'orphelin n'est pas celui dont le parent est mort, le vrai orphelin est celui qui n' a ni science, ni éducation ( Ali ibn abi talib ) »


"Nous sommes un peuple qu'Allâh a rendu puissant avec l'islâm et dès que nous cherchons cette puissance avec autre chose que l'Islâm, Allâh nous avilit". Umar Ibnu l-Khattâb (ra)

Allah! Allah!

‘Umar a dit : « Se faire aimer des gens est la moitié de la raison. Poser les bonnes questions est la moitié de la science. Bien gérer [ses ressources] est la moitié de la subsistance. »

On demanda à Ibn ‘Abbâs : « Quel est le meilleur des jours ? Quel est le meilleur des mois ? Quelle est la meilleure des œuvres ? »
Il répondit : « Le meilleur des jours est le vendredi, le meilleur des mois est le Ramadân et la meilleure des œuvres est l’accomplissement des cinq prières canoniques aux heures prescrites. »
Trois jours plus tard, on rapporta à ‘Ali les questions posées à Ibn ‘Abbâs et les réponses du compagnon. Il dit alors : « Si de l’Orient à l’Occident, ces questions avaient été posées aux savants, aux sages et aux juristes, aucun d’eux n’aurait apporté de réponse aussi judicieuse que celle d’Ibn ‘Abbâs ! Cependant, je dis : la meilleur des œuvres est celle qu’Allah accepte de toi, le meilleur des mois est celui durant lequel tu t’es sincèrement repenti et le meilleur des jours est celui ou tu quitteras ce monde pour te rendre en croyant auprès d’Allah. »


omar ibn alkhattab a dit:la force dans le travail est de ne pas reculer a demain le travail d'aujourd'hui,si vous faites cela,les taches s'accumuleront et vous ne saurez que faire et vous en perdrez.Si vous avez le choix entre deux choses,une pour cette vie et l'autre pour pour l'au dela,preferez celle qui se rapporte a l'au dela,car ce monde perit et l'au dela restera.Craignez Allah et apprenez le livre d'Allah car il est la source des sciences et le printemps des coeurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Re: Les Paroles des Compagnons (ra)   Ven 16 Déc - 22:51:56

un homme qui voulait partir au combat vint voir abou darda et lui dit:abou darda conseille moi!.il dit:"rappelle toi d'Allah dans la facilite,il se rappellera de toi dans la difficulte.Quand tu desire une chose de ce bas monde,reflechis a ce qu'elle deviendra".

Aicha a dit:"tout serviteur qui boit de l'eau inalteree qui le penetre sans peine et qui sort de lui sans peine,a pour devoir d'etre reconnaissant envers Allah".

Omar a dit:"peut m'importe de me retrouver dans un etat que j'aime ou que je deteste,car je ne sais pas si le bien est dans ce que j'aime ou ce que je deteste".


Abou darda passa pres d'un homme qui avait commis un peche et les gens l'insultaient;Il leur dit"si vous l'aviez trouve dans un puit,ne l'auriez vous pas sortis?
-si dirent ils.
-Alors ne l'insultez pas et louez Allah qui vous a preserve du meme peche.
-Ne le deteste tu pas ,lui dirent ils?
-Je deteste ses oeuvres,mais quand il les laisse,c'est mon frere".


Al Bukhârî rapporte: Alî a ibn abî a dit: ce bas monde a fait le départ pour s'en aller et et l'au dela a fait le départ pour venir. chacun des deux a ses enfants. Soyez dons les enfants de l'au dela et ne soyez pas ceux d'ici-bas, car aujourd'hui tu peux oeuvrer sans être jugé,mais demain tu seras jugé sans pouvoir oeuvrer.

AL HASAN al Basrî a dit: Ton jours est ton hôte,traite-le bien,car si tu le traites bien,il partira en te louant,mais si tu le traites mal,il partira en te blâmant. Il en vas de même pour ta nuit.

AL Jâhiz a dit: On a trouvé gravé sur une pierre ceci: Fils d'Adam ! Si tu pensais un peu de temps qui te reste à vivre, tu t'abstiendrais d'espèrer en un avenir lointan, et si tu désirais faire plus oeuvres salutaires, tu diminuerais ton avidité et tes ruses. Sache que demain,ton regret serais au rendez-vous, si jamais ton pied glissait. Ce jour-là ta famille et ton entourage te livreront, le proche te dénoncera,le bien-aimé se détournera de toi.


Abou bakr assiddik a dit-"celui qui se deteste pour Allah,Allah le protegera de sa haine"(sur l'autocritique)

Omar ibn alkhattab a dit"personne n'a avale une gorgee de lait ou de miel qui soit meilleure qu'une gorgee de fureur"

encore Omar qui confia une responsabilite a un homme des benou asad quand celui ci vint pour se faire confier la tache,il trouva Omar avec un de ses fils qu'il embrassait,l'homme s'etonna "embrasse tu cet enfant chef des croyant?par Allah je n'ai jamais embrasse d'enfant!"Omar repliqua"par Allah ,tu as donc encore moins de misericorde pour les gens,rends moi la fonction!tu ne prendras jamais de responsabilite pour moi "et il le demis de ses fonctions


Omar a dit:"ne pense pas du mal d'une parole qu'a dite un musulman tant que tu lui trouve une interpretation dans le bien"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les Paroles des Compagnons (ra)   Aujourd'hui à 20:01:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Les Paroles des Compagnons (ra)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Paroles de chien: comment t'as pu?
» Danse - musique avec ou sans paroles ?
» Je dis des paroles positives
» Paroles de Muhammad (Hadiths)
» Les paroles de Bouddha: les rituels religieux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Etudes, Apprentissages et Sciences Islamiques :: Fatwas/Sciences-
Sauter vers: