Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le ministre de la Culture egyptien juge le voile rétrograde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Fajrine
Admin
Admin


Féminin Nombre de messages : 2270
Age : 6
Localisation : Devant votre ecran
Date d'inscription : 16/12/2005

MessageSujet: Le ministre de la Culture egyptien juge le voile rétrograde   Mar 21 Nov - 11:02:06

Salam 1

Haro sur le ministre de la Culture qui juge le voile rétrograde
EGYPTE - 19 novembre 2006 - AFP
Le ministre égyptien de la Culture, Farouk Hosni, s'est attiré de virulentes critiques pour avoir osé qualifier de rétrograde le voile, désormais porté par l'immense majorité des musulmanes d'Egypte.

Quatre-vingts députés, de la majorité à l'opposition islamiste, ont exigé dimanche un débat parlementaire sur cette opinion qui marque une hostilité au voile jamais aussi clairement exprimée par un membre du gouvernement.

M. Hosni, en charge de la culture depuis 20 ans, et considéré comme proche de Suzanne Moubarak, l'épouse du président, elle-même non voilée, a déploré qu'on assiste ainsi en Egypte à "un retour en arrière".

"Les femmes avec leurs belles chevelures ressemblent bien à des fleurs. Il ne faut donc pas les cacher aux autres", a-t-il ajouté, estimant que "de nos jours, la religion s'attache beaucoup aux apparences".

Ainsi exprimée, avec une pique contre la bigoterie ambiante, la réflexion nostalgique a été immédiatement dénoncée par les islamistes comme un blasphème et un cadeau à l'Occident.

"Il tente de saper les bases propres à la nation musulmane", a tempêté Mohamed Habib, numéro deux des Frères Musulmans, le principal groupe d'opposition, pour qui le ministre veut "se jeter dans la bras de l'Occident".

Au nom de la confrérie, qui n'est que tolérée en Egypte, un député islamiste Hamdi Hassan a exigé sa démission, et son remplacement par une personnalité "respectant notre Constitution et notre charia", la loi islamique.

Sans renier ces propos, qui tranchent avec sa prudence, y compris à l'égard des islamistes, M. Hosni a prétendu qu'ils étaient "hors interview", et n'auraient pas dû être publiés par le quotidien indépendant al-Masri Al-Yom.

Les critiques des milieux traditionalistes musulmans ont aussi débordé de l'Egypte.

Youssef Qaradawi, prédicateur star de la chaîne al-Jazeera, a estimé que Hosni "veut imiter aveuglement la civilisation occidentale qui se vautre dans les plaisirs bestiaux, cautionne la nudité et les mariages gays".

Affirmant que l'Egypte "est le berceau de l'actuel réveil islamique", le cheikh islamiste a souligné dans le quotidien Gulf Times que le port du voile était une obligation divine qui s'imposait à toutes les musulmanes.

En Arabie saoudite, le grand mufti Abdul-Aziz al-Cheikh, a qualifié sur la chaîne al-Majd la remarque du ministre égyptien de "calamité qui frappe les terres d'Islam et contredit les enseignements du Coran".

Après 30 ans de réislamisation, sous l'influence wahhabite, les femmes non voilées sont désormais surtout en Egypte des coptes chrétiennes, elles-mêmes très minoritaires.

Par choix islamiste, forte pression sociale et familiale, ou même "mode", les Egyptiennes sont voilées à 80%, selon la sociologue Mona Abaza, pour qui c'est le "signe le plus réussi et le plus préoccupant de l'islamisation".

Après les anciennes vedettes "repenties" et tombées en dévotion, c'est une nouvelle génération de stars qui se bousculent, avec voile en soie, sur les écrans de cinéma ou de télévision.

"Est-ce que le bikini fait davantage avancer la cause des femmes ?", s'est exclamé Mayar al-Bablawi, l'une des ces actrices à la piété new-look.

La réflexion de Farouk Hosni a surtout suscité l'étonnement dans les milieux intellectuels qui ne lui sont d'habitude guère favorables, mais pour des raisons différentes aux islamistes.

Pour Ezzat al-Qamhawi, romancier et éditorialiste au magazine culturel Akhbar al-Adab, "c'est surprenant de la part d'un ministre qui n'a jamais voulu de confrontation avec al-Azhar", l'establishment islamique conservateur.

"Il a même surpris les Frères Musulmans en censurant trois livres sur une simple question", a-t-il affirmé, en estimant que "le manque de culture dans la vie des gens contribue à répandre le voile".

_________________
xx
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://al-fajr.fr-bb.com
 
Le ministre de la Culture egyptien juge le voile rétrograde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» “Piss Christ” : une question écrite de Jean-Marc Nesme au ministre de la Culture
» Fleur Pellerin, ministre de la Culture : "Je n'ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans".
» Mes petits monstres en culture
» Fiche de culture Ferocactus glaucescens
» Une chrétienne face à la culture de mort de l'ASE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Espace Culturel :: News - International-
Sauter vers: