Al-Fajr


 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 le vote

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: le vote   Sam 21 Avr - 20:31:09

Question :

« Depuis longtemps maintenant et ce jusqu’à nos jours, beaucoup de pays furent éprouvés par la présence de tribunaux séculaires qui ne jugent pas avec la loi d’Allah, mais avec les règles et législations des Tawaghites parmi les diables djinns ou humains, il est quasiment impossible de trouver un pays voire même une contrée sans y trouver ces lois qui jugent entre les gens sur les domaines ayants traits aux personnes, biens et affaires de sang, certains agréent cela et d’autres sont forcés de s’y soumettre, il est pratiquement impossible de se préserver de cette calamité sauf par la grâce Allah , la question est de savoir, étant donné que beaucoup de gens sont dans la nécessité d’avoir recours à ces tribunaux qui ne jugent pas avec la loi d’Allah, que dit la religion sur celui qui recherche le jugement vers ces tribunaux, dans le but d’obtenir ses droits, ses biens ou choses similaires d’ordre mondaines? »

Sheikh Ghouneymane :

« Se rendre à un magistrat qui ne juge pas avec la Shari’a est interdit quel que soit la circonstance, car la demande de jugement est de la foi et du Tawhid, le demander à Allah fait partie de la foi et du Tawhid, [Légiférer] c’est une particularité du Seigneur, il n’est donc pas permis d’octroyer cela à une créature, celui qui soumet une affaire à un juge, lui confère par son acte ce pouvoir et en est satisfait, ce bas monde ne doit pas être troqué en échange de la foi et de l’au-delà , il est impératif à l’homme de préserver sa religion dusse t-il pour cela perdre tout ce qu’il possède de mondain.

Allah a mentionné dans ce verset cité par le questionneur « N’as-tu pas vu ceux-là, à qui une partie du Livre a été donnée, avoir foi à la magie (gibt) et au ṭāğhoūt, et dire en faveur de ceux qui ne croient pas: «Ceux-là sont mieux guidés (sur le chemin) que ceux qui ont cru» Ces gens là sont maudits pour avoir dit que le jugement de la Jahiliya est meilleur que celui de l’islam, et la cause de la révélation de ce verset est connue, c’est lorsque certains juifs de Médine sont partis voir les Quraychites pour les inciter contre le Prophète [Paix sur lui], les Mecquois leur ont demandé : « Vous qui êtes des gens de science et du Livre, quelle est la religion la plus droite, la nôtre ou bien celle de Mohammed ? » Ils ont répondu : « La vôtre » Il est connu que leur parole était sans conviction, ils ont plutôt foi sur le fait que l’islam est meilleur et plus droit, mais leur jalousie envers le Prophète les amena à être d’accord en apparence seulement avec les idolâtres, car Allah a informé qu’ils le reconnaissent comme ils reconnaissent leurs propres enfants, dans toute affaire qui apparaît aux hommes une réponse se trouve dans le livre d’Allah, et il n’est pas nécessaire que cela soit stipulé clairement, le livre d’Allah est une globalité qui comprend des règles inépuisables.
Donc si l’homme sait qu’Allah à un jugement dans toute affaire puis s’en va rechercher le jugement auprès des lois séculaires mises en place par des hommes, alors qu’il le sait, ceci lui efface sa foi, qu’Allah nous en préserve, et Allah est plus savant. »



Questionneur :

« Certains vont dirent qu’il n’y a pas de tribunaux islamiques que les musulmans pourraient saisir pour leurs affaires, ainsi donc il n’y a pas d’autres moyens que de s’en référer aux tribunaux civils en cas de nécessité, quelle est votre réponse à ça ? »

Sheikh Ghounaymane :

« Ma réponse est identique à la première question, il ne faut pas troquer la religion en échange de ce bas monde, s’il sait qu’il ne lui est pas autorisé de demander le jugement du Taghout même s’il devait perdre tout ce qu’il possède de mondain, car ce monde ne vaut rien par rapport à la religion, l’homme doit préserver sa religion, même au risque de perdre ses biens, il doit sacrifier son argent pour sa religion, s’il lui est possible d’acquérir son droit par une voie saine, par le débat ou la polémique sans qu’il y est jugement par un tribunal civil, alors qu’il essaye, mais s’il sait qu’il ne pourra pas obtenir son bien si ce n’est par le jugement de la loi des hommes, alors il ne doit pas le faire, car c’est une mécréance. »

Questionneur :

«Que pensez-vous de ceux qui nomment comme étant la religion des Khawaridjs, la religion du Tawhid qui est la foi en Allah et le koufr du Taghout mise en pratique par ceux qui déclarent mécréants les Tawaghites ? La prière est-elle valable derrière une t’elle personne? »

Sheikh Ghounaymane :

« Si l’homme connaît le Tawhid, il doit nécessairement savoir ce qui s’y oppose, et le fait qu’il nomme le Tawhid comme étant la religion des Khawaridjs qui ont quitté l’islam ou bien le groupe de la vérité, cela signifie qu’il ne connaît pas le Tawhid, et celui qui ne le connaît pas doit s’enquérir dessus afin de ne pas être un combustible en enfer, qu’Allah nous en préserve. Celui qui associe à Allah est associateur, la prière n’est pas valide derrière lui s’il commet le shirk, mais s’il accuse les gens du Tawhid d’êtres des égarés et dans l’erreur et qu’ils sont des khawaridjs, cela prouve qu’il ne connaît pas le Tawhid, il n’est donc pas permis de prier derrière lui, il doit craindre son Seigneur et relire Son livre pour s’informer sur Sa religion afin de connaître la vérité et pouvoir distinguer entre le vrai et le faux.


Rencontre avec le Sheikh ‘Abdoullah Ibn Mohammed al-Ghounaymane le Lundi 11 de Rabi’ al-Awwal 1424 soit le 12 mai 2003.

Question :

« Vous n’êtes pas sans savoir Ô noble Sheikh, la calamité qui a touchée de nombreux pays musulmans de nos jours, à savoir la présence de parlements où le droit de légiférer qui est exclusif au Seigneur, est octroyé au peuple et ce de manière absolue par le biais de députés qui l’exercent, chacun d’entre eux est considéré comme un législateur qui a le droit d’éditer des lois englobant le domaine tant administratif que religieux.

Ces parlementaires ont le droit de remettre en cause tout jugement décrété par Allah, et ceci est la démocratie qui signifie que la souveraineté appartient au peuple, si ces parlements décris de la sorte, et définis ainsi dans leur constitution, leurs lois et mis en pratique dans la réalité, quel est le statut de celui qui se porte candidat pour être membres de ces assemblées et prend la qualité de législateur ?

Quel est le statut de celui qui parmi la masse des gens élit une telle personne afin de l’aider à arriver à cette fonction ?
Dernière question, est-ce que dans ce cas là l’on tient compte de la bonne intention et du dessein noble, car certains disent qu’il y en a qui se portent candidats dans le seul but de réformer dans le bien ?

Sheikh Ghounaymane :

« Au nom d’Allah le tout miséricordieux, le très miséricordieux, louange à Allah Seigneur des mondes, et que la prière et les bénédictions d’Allah soient sur son serviteur et messager, notre prophète Mohammed, l’imam des gens pieux, et sur sa famille, ses compagnons et leurs disciples.

Il n’y a nul doute que la foi, est une parole, des actes et une science qui est la croyance du cœur, ce sont ces trois choses réunies ensemble qui forment la foi, c’est ainsi que les Gens de la Sunna ont défini la foi, si l’un de ces points venait à se dégrader, alors la foi en serait corrompue, soit elle s’efface complètement ou bien elle diminue, quiconque témoignant de cette croyance puis vient avec un acte s’opposant à la foi, par une croyance ou une parole alors il contredit la foi.

La conviction ou bonne intention n’est aucunement profitable, l’homme doit connaître ce qu’il fait tout en se conformant à l’ordre du messager en suivant la voie que celui-ci a ordonné aux gens.
Allah a des particularités sur lesquelles il n’est pas permis à une créature de s’associer avec Lui en cela, comme la connaissance absolue de l’invisible, la connaissance de l’invisible est une caractéristique propre à Allah comme il a mentionné , nul ne connaît l’invisible des cieux et de la terre sauf Lui, le Connaisseur de l’invisible tout comme du visible. Si une personne dispute Allah à ce sujet et prétend qu’une créature connaît l’invisible, alors cela annule sa foi. Il en est ainsi de la législation et du jugement, « n’est-ce pas à Allah qu’appartient le jugement » le jugement signifie le fait de juger entre ses créatures, et c’est pour ça que les savants sont unanimes pour dire que la législation est celle légiférée par Allah ou par l’intermédiaire du messager, et qu’il n’est pas permis d’accomplir une adoration avec laquelle le Prophète[ paix sur lui] n’a pas ramenée.

Quiconque recherche le jugement vers autre chose que le livre d’Allah et la sunna de son messager, a demandé le jugement du Taghout.

Il est connu de par de nombreuses preuves, que pour concrétiser la foi, il faut mécroire au Taghout, « quiconque donc mécroit au Taghout et croit en Allah, a saisi l’anse la plus solide » et le Taghout est toute chose qui contredit ou s’oppose à la législation d’Allah, que ce sois une idée abstraite ou bien une personne qui invite les gens à l’adorer lui ou un autre, ou a rejeter le livre d’Allah et mettre à la place les lois séculaires, une telle personne est du nombre des têtes parmi les Tawaghites.

Les Tawaghites sont nombreux, Ibn Qayyim a défini le Taghout en disant : Tout ce en quoi le serviteur dépasse la limite, vis-à-vis d’un adoré, d’un être suivi ou obéit[/I , il a classifié les Tawaghites dans ces trois catégories : des choses adorées, suivies ou obéies, le sens « d’obéies » c'est-à-dire dans ce qui ne relève pas de la législation d’Allah.
Et quand il dit : [i]Tout ce en quoi le serviteur dépassa sa limite , l’on sait que toutes les créatures sont des serviteurs d’Allah, et leur limite est qu’ils soient ses adorateurs, l’esclave doit obéir à son Maître [Gloire et pureté à Lui] et suivre Sa parole et Sa législation, il n’a pas à lui disputer ni essayer de l’égaler dans le droit à légiférer ou juger parmi les gens, en agissant ainsi, il est similaire à Pharaon et ses semblables parmi les grands Tawaghites qui appellent les gens à les adorer eux-mêmes ou un autre qu’Allah.

Et ceci est clarifié dans le Livre et la vie du messager [Paix sur lui], et les savants ont expliqué cela de nombreuses fois car les gens ont besoin de savoir et connaître ce sujet là, celui qui place une créature parmi les hommes, le choisi afin qu’il le représente en tant que législateur et pour juger les gens dans leurs différents ou autres, a fait un acte qui annule sa foi, il doit faire un examen de conscience et se repentir pour ne pas retomber dans le shirk qui fait partie des grands péchés, nous demandons à Allah de nous préserver nous ainsi que nos frères musulmans de tomber dans le shirk.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: le vote   Sam 21 Avr - 20:31:23

Questionneur :

« Vous venez de déclarer Sheikh que si l’homme à une bonne croyance, à savoir que la législation et le jugement n’appartiennent qu’à Allah, puis vient à choisir une personne pour qu’elle soit un membre du parlement, un législateur, alors il annule son islam et mécroit, certains disent qu’en élisant une telle personne ils ne cherchent pas à en faire un législateur, mais simplement réformer afin de ne pas laisser le champ libre aux pervers, ma question est de savoir, est-ce que la mécréance de ceux qui choisissent des candidats pour être parlementaires est due à la mauvaise intention [pour qu’ils ne jugent pas avec la Shari’a] ou bien cela ne fait qu’aggraver la mécréance, est-ce que dans ces cas là l’on tient compte des bonnes intentions et des nobles buts ?

Sheikh Ghounaymane:

« Louange à Allah, lorsque l’homme accomplit une action contraire à la Shari’a, sa bonne intention ne lui est profitable en rien, car à la base il essaye d’être associé à Allah dans le jugement, ceci est en contradiction totale avec le livre d’Allah qui précise que le jugement n’appartient qu’à Allah, l’intention est profitable ou non à l’homme si l’acte en lui même est légiféré, une personne peut par exemple avoir pour intention un bien mondain tout en accomplissant le jihad ou en étudiant la science, tel le cas d’une personne qui étudie afin de connaître le jugement d’Allah sur une question et de connaître la religion d’Allah, et un autre va apprendre afin d’obtenir un poste, un bien mondain ou une place importante auprès des gens, mais quant au fait d’élire une personne pour qu’elle fasse office de législateur, ceci est interdit à la base même, donc l’intention ne peut avoir une quelconque influence sur ça, et Allah est plus savant.

Questionneur :

« De ce que l’on comprend de vos paroles Sheikh, c’est que si l’homme fait ça, malgré qu’il n’est pas l’intention de mettre cette personne comme législateur, sa bonne intention ne lui sera aucunement profitable ? »

Sheikh Ghounaymane





« Tout à fait, si l’homme sait qu’il choisit cette personne pour être législateur, et qu’il sait que le droit de légiférer n’appartient qu’à Allah, mais qu’il dise par exemple : « Moi je connaît cette personne et je sais que c’est un homme vertueux qui veut la réforme, donc je ne laisse pas le champ libre aux semeurs de troubles et j’élis cette personne » ceci n’est pas permis, car c’est interdit à la base , et l’intention est profitable si l’acte est permis et légiféré, comme ce qui est mentionné dans le hadith de celui qui émigra pour épouser une femme, le Prophète [paix sur lui] a dit que les actes ne valent que par leurs intentions et chacun sera rétribué en fonction de celle-ci, celui qui a émigré pour Allah et son messager alors son émigration sera pour Allah et son messager, et celui qui a émigré pour avoir un bien de ce monde ou se marier, alors son émigration sera pour la chose qu’il a émigrée, de même lorsqu’il fut interrogé sur l’homme qui combat par ostentation, pour sa réputation ou par zèle envers son peuple et celui qui combat pour que la parole d’Allah soit la plus haute, lequel combat pour la voie d’Allah ?
Il a répondu que celui qui combat pour que la parole d’Allah soit la plus haute est dans le chemin d’Allah. »

Questionneur :

« Pour ne pas qu’il y est une incompréhension Sheikh, quand vous parlez d’acte interdit, c'est-à-dire en dessous du shirk ?

Sheikh Ghounaymane :

« Je parle de l’interdit dans l’absolue, s’il sait que cette personne est élue pour une chose interdite et non légale, le placer pour qu’elle légifère n’a pas de base en religion, c’est en opposition flagrante avec le Livre d’Allah, donc le fait qu’il affirme avoir une bonne intention ne lui sert à rien, même si elle est bonne, car en agissant ainsi il tombe dans un des actes annulatifs de la foi. »

Questionneur :

« Qu’Allah vous récompense Sheikh, quel est votre conseil aux gens qui élisent ces personnes là pour devenir des législateurs dans cette souveraineté et tombent ainsi dans ce shirk qui fait sortir de l’islam ? »

Sheikh Ghounaymane :

« Mon conseil est que la chose la plus impératif pour l’homme à respecter est sa religion, il doit se cramponner à l’unicité d’Allah et Son adoration, et s’il tombe dans une erreur comme celle là, il doit se repentir, la délaisser et renouveler sa foi, ce bas monde ne lui sera pas profitable si l’homme le choisit au lieu de la religion, le fait qu’ils élisent des législateurs qui vont juger entre les gens alors qu’il sait que le jugement n’appartient qu’à Allah et que la législation d’Allah existe, puis il rejette ça et prend les avis des Hommes ou les lois séculaires qui proviennent des pays des mécréants, il n’est pas permis au musulman d’ignorer ça car ceci est en contradiction avec la législation avec laquelle est venue le messager, et Allah a dit : Non!... Par ton Seigneur! Ils ne seront pas croyants aussi longtemps qu’ils ne t’auront demandé de juger de leurs disputes et qu’ils n’auront éprouvé nulle angoisse pour ce que tu auras décidé, et qu’ils se soumettent complètement [à ta sentence]. »

Et Il a dit : « N’as-tu pas vu ceux-là, à qui une partie du Livre a été donnée, avoir foi à la magie (gibt) et au ṭāğhoūt, et dire en faveur de ceux qui ne croient pas: «Ceux-là sont mieux guidés (sur le chemin) que ceux qui ont cru»
« Voilà ceux qu’Allah a maudits; et quiconque Allah maudit, jamais tu ne trouveras pour lui de secoureur. »

L’homme doit délaisser totalement ces choses là et renouveler sa religion s’il tombe dans un acte annulant son islam en plaçant une créature pour qu’il soit législateur parmi les gens, afin que sa législation soit suivie et non celle d’Allah, ceci est une mécréance évidente, Allah est plus savant et qu’Allah prie et salut sur notre prophète Mohammed »


Questionneur :

« Qu’Allah vous récompense Sheikh, par souci d’éclaircissement, quand vous employez le terme « législateur » ou l’expression « dans le but de légiférer », certains disent qu’ils vont rentrer dans ces parlements sans rien légiférer ni signer une législation [contraire à la Shari’a], est-ce que cela aussi annule la foi ? »

Sheikh Ghounaymane :

« S’il entre dans ces assemblées législatives, c’est qu’il agrée cela, et l’agrément du jugement par autre que celui d’Allah est de la mécréance, s’il se propose comme apte à faire ça, ce n’est pas simplement de la mécréance, mais il est au nombre des têtes des Tawaghites, les Tawaghites sont nombreux, mai lui fait partie des têtes qui fait en sorte que le jugement lui revienne et non à Allah. »

Questionneur :

« Dernière question Ô Sheikh, si après science et explication, une personne continue à participer à ces élections en votant pour un candidat, quel est le statut de la prière derrière lui ? La prière derrière une personne qui commet l’un de ces actes est-elle valide ?

Sheikh Ghounaymane :

« Si l’homme accomplit ces choses là en connaissance de cause, alors la prière n’est pas valide derrière lui, il est essentiel pour le musulman de prier derrière celui dont la croyance est saine et qui ne commet pas un acte annulatif de la foi.



Source: http://lejustemilieu.forumactif.com/Echanges-entre-nous-c10/General-f21/IMPORTANT-LE-VOTE-PAR-CHEIKH-GHOUNAYMAN-t3955.htm
Revenir en haut Aller en bas
 
le vote
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La majorité UMP du Sénat vote une rallonge de 4 millions d'euros pour l'enseignement privé.
» S'abstenir de vote au CA
» Vote obligatoire
» DU VOTE CHRETIEN...
» "Le Monde" prévoit un vote enseignant de gauche : la thérapie par le rire (jaune)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Al-Fajr :: Espace Culturel :: Général-
Sauter vers: